•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le fils d'un aîné mort de froid déplore que la situation se reproduise

Un aîné et sa marchette.
Un aîné et sa marchette. Photo: Radio-Canada

Le décès tragique de la mère de Gilles Duceppe, morte d'hypothermie à l'extérieur de la résidence pour aînés, ravive de douloureux souvenirs pour François Bourassa. L'homme dont le père est mort dans des circonstances similaires en février 2017 se demande pourquoi des tragédies semblables se produisent encore.

André Bourassa, 79 ans, a péri il y a presque deux ans alors qu’il s’est retrouvé à l’extérieur de la résidence La Villa du jardin fleuri de Trois-Rivières.

Incapable de regagner l’intérieur de l’édifice, il été retrouvé mort gelé le 26 février 2017.

Il était sorti sorti de sa chambre durant la nuit, possiblement parce qu’il était confus.

L'extérieur de la résidence La Villa du jardin fleuri, à Trois-Rivières.L'extérieur de la résidence La Villa du jardin fleuri, à Trois-Rivières. Photo : Radio-Canada / Camille Carpentier

François Bourassa est en colère que ce genre d'événements se reproduisent, alors qu'il serait facile, selon lui, de mettre en place des solutions.

Il rappelle qu'une autre résidente de La Villa du jardin fleuri, Thérèse Roberge, avait aussi perdu la vie après s'être accidentellement enfermée à l'extérieur en 2016.

L’impression que ça me fait, c’est qu’on s’en fout totalement, tonne-t-il. Comme si c’était du bétail. Ça n’a aucun sens. En trois ans, on a réussi à faire 0 % de progrès. Ça prend un je-m’en-foutisme prononcé, c’est ça que je sens.

François Bourassa a toujours l'intention de déposer une poursuite civile contre les propriétaires de la résidence La Villa du jardin fleuri.

Son avocat a confirmé à Radio-Canada qu'il avait eu le mandat de procéder le plus rapidement possible avant la fin du délai de prescription de deux ans.

La Villa du jardin fleuri a fermé ses portes à l'automne 2017, quelques mois avant d’être la proie d’un incendie qui a ravagé l’édifice.

Les autorités en santé de la région avaient révoqué son certificat de conformité.

Mauricie et Centre du Québec

Société