•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La grève à Many Rivers, au Yukon, est terminée

Façade d'un édifice avec des grévistes qui marchent devant.

Le bureau de l'organisme Many Rivers, à Whitehorse.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Radio-Canada

La vingtaine d'employés de l'organisme de soutien psychologique Many Rivers, au Yukon, a ratifié mardi matin l'entente obtenue par le comité de négociations dans la nuit de lundi à mardi.

Les employés des bureaux de Whitehorse, de Dawson, de Watson Lake et de Haines Junction étaient en grève depuis le 2 novembre dernier, soit plus de 80 jours.

Les points en litige touchaient notamment la flexibilité des horaires, les hausses de salaire et la supervision clinique des conseillers psychologiques.

7 % de salaire en plus

La nouvelle convention collective prévoit un meilleur accès aux services d’aide pour employés, selon un communiqué.

Les employés pourront, comme ils le demandaient, ajuster leurs horaires à la disponibilité de leurs clients. Ils pourront également obtenir l’appui de superviseurs cliniques dans leur sphère de spécialisation pendant leurs heures de travail.

Une hausse de salaire de 7 % sur cinq ans a également été inscrite dans la nouvelle entente.

Il y a également eu une entente sur un retour au travail progressif. Les services de l’organisme seront de nouveau offerts à compter du 7 février dans tous ses bureaux.

« Très émotif »

Le président du Syndicat des employés du Yukon, Steve Geick, affirme que cette grève a été l’une des plus difficiles et la plus longue de sa carrière.

Ça a été comme sur des montagnes russes pour tout le monde. Toutes sortes de choses ont dévié l’attention de cette grève, alors tout le monde était très excité et très émotif.

Steve Geick, président, Syndicat des employés du Yukon

En marge du conflit de travail, l’organisme Many Rivers fait l’objet d’une enquête du gouvernement du Yukon quant au respect de ses obligations à titre de société. Entre autres, il existe des allégations selon lesquelles les règles entourant son assemblée générale n’ont pas été respectées.

Grand-Nord

Emploi