•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Guide alimentaire canadien : les producteurs de légumes en serre se réjouissent

Des serres agricoles vues du ciel
À Leamington, en Ontario, la plus importante ferme de tomates de serre de l’Amérique du Nord Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Avec 3000 acres de serres agricoles, l'Ontario compte plusieurs producteurs de fruits et légumes à l'année. Pour ces agriculteurs le nouveau guide alimentaire canadien, qui propose qu'un repas complet comporte 50 % de légumes et de fruits, est un gage de prospérité.

Le président de l’Association ontarienne des producteurs en serre, Joseph Sbrocchy, se réjouit de ce nouveau guide, qui propose une consommation de légumes et de fruits en abondance.

C’est bon pour la planète, c’est bon pour les gens, c’est bon pour mes membres… je ne peux pas vraiment lui trouver de défaut, dit-il.

On voit de loin dans une allée de serre une femme entrain de cueillir des légumes. Une travailleuse saisonnière dans une serre en Ontario. Photo : Radio-Canada / Archives

M. Sbrocchy est certain que la demande pour la consommation de légumes et fruits locaux, produits à l’année, risque d’augmenter dans les prochaines années, tout comme le nombre de serres.

Mais ce changement pourrait se faire attendre : Ça peut prendre beaucoup de temps [...] je crois que la demande augmentera graduellement, explique-t-il.

Des consommateurs à la recherche de variété

Leslie Balsillie produit des pommes à Harrow, dans le sud-ouest de l’Ontario.

Selon elle, les agriculteurs maraîchers seront incités à produire une plus grande variété de légumes et de fruits dans les prochaines années, puisque les consommateurs seront à la recherche de nouveaux produits.

J’espère que les consommateurs seront plus curieux d’essayer différents fruits et légumes, espère-t-elle, alors qu’elle s’est elle-même lancée dans la culture de petits fruits récemment.

Selon elle, si les Canadiens recherchent une diversité de produits et privilégient l’achat local, les agriculteurs seront incités à diversifier leur production et à vendre au sein de petits marchés locaux.

Un guide qui ne fait pas que des heureux

Le président de l’Association des éleveurs de bétail de l’Ontario, Joe Dickenson, a constaté que seulement quelques cubes de bœuf se trouvaient dans l’infographie proposée par Santé Canada : J’étais déçu. Mais le fait est que plusieurs producteurs, qui font de très bons produits, ne sont pas du tout [dans le guide]… je n’ai pas vu de bacon par exemple, a-t-il affirmé en entrevue avec CBC.

Un homme fait face à la caméra; derrière lui quelques boeufs. Le président de l'Association des éleveurs de bétail de l'Ontario, Joe Dickenson, est déçu de constater que seulement quelques cubes de boeuf se trouvent dans l'infographie proposée par Santé Canada. Photo : Facebook

Le nouveau guide alimentaire recommande de privilégier les protéines d’origine végétale comme les légumineuses, les noix ou encore les graines plutôt que la viande.

Or, le producteur de bœuf de Oil Spring croit les recommandations de l’organisme public ne sont pas scientifiques et s’inspirent plutôt d’autres approches et risquent d’avoir un impact sur les revenus des producteurs de bœuf.

Je suis certain que les producteurs de légumes et de fruits sautent de joie… tout comme certains activistes.

Joe Dickenson, président de l’Association des éleveurs de bétail de l’Ontario

M. Dickenson croit aussi que le guide alimentaire se contredit : On suggère de ne pas manger de nourriture transformée, mais le tofu ou les protéines végétales en sont, dit-il.

Windsor

Économie