•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'état d'urgence réclamé en raison de la crise du logement à Toronto

Un homme sur un trottoir se frotte les mains pour se réchauffer.
De plus en plus de sans-abri sont recensés à Toronto. Photo: iStock
Aminata Yade

Des militants et des élus municipaux demandent que l'état d'urgence soit déclaré en raison de la crise du logement qui sévit à Toronto. Ils dénoncent le nombre insuffisant de refuges pour sans-abri. Leur déclaration intervient alors que l'Ontario se prépare à une nouvelle vague de froid en fin de semaine, selon Environnement Canada.

Des conseillers municipaux et d'autres défenseurs du droit au logement ont demandé à la Ville d'adopter un plan d'action urgent pour s'attaquer au problème.

Nos abris sont pleins.

Kristyn Wong-Tam, conseillère municipale dans Toronto Centre
Une femme au podium entourée de gensKristyn Wong-Tam et des membres d'OCAP Photo : Radio-Canada / John Rieti/CBC News

Nous avons besoin d'un effort coordonné et intergouvernemental pour remédier immédiatement à la situation , a-t-elle déclaré dans un tweet.

Lors d'une conférence de presse à l'hôtel de ville mardi, des conseillers ont plaidé en faveur de la déclaration de l'état d'urgence afin de s'attaquer à la crise des sans-abri.

Dans le cadre de cette déclaration, ont-ils affirmé, le conseil devrait demander au Bureau de la gestion des situations d'urgence de Toronto de prendre des mesures immédiates pour améliorer les services destinés aux sans-abri et de solliciter l'aide de la Croix-Rouge pour gérer les dommages causés par la crise du logement et par la situation des sans-abri .

Demandes :

  • Déclarer que l'itinérance est une catastrophe en matière de droits de la personne et prendre toutes les mesures appropriées pour lutter contre cette crise
  • Recours à la Loi provinciale sur la protection civile et la gestion des situations d'urgence
  • Adoption de nouvelles mesures de la part du Bureau de la gestion des mesures d'urgence pour améliorer les services destinés aux sans-abri
  • Création d'une table intergouvernementale chargée de remédier à la crise du logement et de l'itinérance à Toronto
  • Tenir une réunion d'urgence avec des représentants fédéraux et provinciaux pour élaborer un plan d'action

De plus en plus d'itinérants retrouvés morts

Entre le 1er janvier 2017 et le 30 juin 2018, 145 personnes sans-abri sont mortes, selon les données Santé publique Toronto.

Quatre itinérants ont déjà perdu la vie depuis le début de l'année 2019 , rappelle Mme Wong-Tam, dont cette Torontoise qui est morte coincée dans une boîte de don de vêtements.

Quelques jours plus tard, une autre femme qui dormait dans une ruelle s'est fait écraser par un camion à ordures.

« C'est un désastre humain de voir tous ces gens sans-abri dans notre ville », dit l'infirmière de rue Cathy Crowe.

Cette crise du logement à Toronto est tellement grave, dit Mme Wong-Tam, que les structures de secours mises en place ne suffisent pas pour accueillir ceux qui n'ont toujours pas trouvé de refuge.

Le logement est un droit citoyen

Selon Kristyn Wong-Tam, seulement un peu plus de 1 % des logements locatifs de la ville qui sont vacants. Elle rappelle qu'en 2018, 181 000 personnes se trouvaient sur la liste d'attente centralisée pour le logement social à Toronto.

Elle soutient que le manque de refuges pousse des centaines de personnes à aller vivre dans les ravins et sous les ponts.

Nous construisons, en ville, ce que nous appelons des structures semi-permanentes pour loger des personnes qui ne respectent pas les normes du logement.

Les solutions que nous avons utilisées par le passé pour lutter contre le sans-abrisme sont en train d'échouer, ajoute-t-elle.

En attendant, ils ont lancé une pétition en ligne intitulée Take action.

Toronto

Pauvreté