•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Taxe carbone fédérale : Doug Ford pourfend les économistes

Un homme derrière un podium en train de prononcer un discours.
Le premier ministre Doug Ford lors d'un discours au Economic Club lundi Photo: La Presse canadienne / Nathan Denette
Radio-Canada

Alors que des économistes remettent en question les arguments du premier ministre de l'Ontario, qui affirme que la tarification sur le carbone de Justin Trudeau risque de causer une récession au pays, Doug Ford persiste et signe.

Une analyse d’Eve Caron

Il est difficile de croire des économistes et leurs théories voulant qu’augmenter le prix des biens soit une bonne idée. La menace d’une récession causée par l'imposition de la taxe carbone est bien réelle, écrit le premier ministre de l’Ontario sur son compte Twitter mardi.

Kent Fellows, chercheur associé à l'Université de Calgary, dit que l’impact d’une taxe carbone sur la croissance économique d’une province est marginal comparativement à d’autres facteurs, dont les prix du pétrole sur le marché mondial et des ententes de libre-échange.

L’incitatif, c’est de changer les prix parce que c’est comme ça qu’on change les comportements, dit-il en réponse à la plus récente déclaration du premier ministre.

Certains économistes du secteur privé préfèrent ne pas commenter les propos de Doug Ford.

De son côté, le bureau du premier ministre nous a renvoyé au gazouillis de Doug Ford quand nous avons demandé des précisions.

Le Québec et l’Alberta?

Depuis 6 ans, le Québec participe à ce qui est communément appelé le marché du carbone avec la Californie (l’Ontario avait officiellement rejoint cet accord en janvier 2017, mais s’est retiré à peine 18 mois plus tard, après l’élection de Doug Ford).

Le concept : les États membres déterminent un plafond d’émission de gaz à effet de serre. Si une entreprise émet une quantité trop élevée de gaz à effets de serre, elle doit acheter des crédits d’une autre compagnie pour compenser lors d’une vente aux enchères.

Le chercheur Mel Cappe, de la Commission de l'écofiscalité du Canada, a étudié l’impact fiscal d’une tarification sur le carbone par province. Selon lui, l’économie québécoise n’a pas été pénalisée par l’adhésion de cette province au marché du carbone.

Au Québec, vous voyez que les entreprises s'adaptent au nouveau prix [du carbone] dans leur processus de production.

En Alberta, la vente de carburant comme le diesel, l'essence, le gaz naturel et le propane est soumise en ce moment à une « taxe carbone » de 30 $ la tonne. La tarification sur le carbone, qui ressemble au programme qu’entend imposer le gouvernement fédéral à l’Ontario, est en vigueur depuis janvier 2017.

Ken Fellows dit qu’il est trop tôt pour tirer des conclusions sur l’impact de la mesure albertaine, mais il est certain d’une chose : Cette mesure en soi n’a pas mené à une récession. Et je ne m’attends pas à ce qu’elle le fasse.

« Récession causée par la taxe carbone » en 2019?

Bien que le combat de Doug Ford contre la tarification sur le carbone que le gouvernement fédéral imposera en Ontario ne date pas d’hier, l’expression Récession causée par la taxe carbone, quant à elle, est nouvelle.

Dans une version écrite de son discours offerte par le bureau du premier ministre, elle est écrite avec des majuscules aux premières lettres : Carbon Tax Recession.

un papier avec un discours rédigé à l'ordinateurUn extrait du discours de Doug Ford donné au Economic Club of Canada le lundi 21 janvier 2019 Photo : Radio-Canada / Eve Caron

Le spectre d'une récession en 2019 a déjà été évoqué, dans le discours public et sur Bay Street.

En décembre, David Rosenberg, un économiste connu de la communauté des affaires, a dit en entrevue au réseau BNN Bloomberg que les risques d'une récession au Canada étaient plus élevés que ce que plusieurs croient.

Le gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz, a par la suite déclaré sur les ondes de CTV que la banque ne s'attend pas à une récession en 2019. Le terme récession ne figure pas dans son plus récent rapport sur la politique monétaire, publié en janvier.

Politique provinciale

Économie