•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un an après l'octroi de 16M$, que devient le projet d'école francophone dans l'est de Toronto?

L'ancienne école secondaire Greenwood
Une quatrième école secondaire francophone laïque pourrait ouvrir ses portes dans l'est de Toronto en 2021 ou 2022 Photo: Radio-Canada / Charlotte Mondoux-Fournier
Radio-Canada

Il y a un an, le gouvernement ontarien annonçait l'octroi de 16M$ pour aménager une école secondaire francophone dans l'est de Toronto. Aujourd'hui, le Conseil scolaire Viamonde poursuit ses démarches pour ouvrir cette quatrième école secondaire laïque dans la Ville Reine. Elle pourrait ouvrir en 2021 ou 2022.

Un texte de Charlotte Mondoux-Fournier

Au cours de l'année, le Conseil scolaire Viamonde a fait le tri parmi différents emplacements potentiels pour cette nouvelle école. Le Conseil a finalement arrêté son choix sur l’ancienne école Greenwood, à l’angle des rues Ladysmith et Mountjoy. L’argent versé par la province servira à la rénovation complète de l’école.

Depuis l’annonce du financement, Viamonde a signé un bail avec le conseil scolaire anglais de Toronto (TDSB).

Le Conseil scolaire Viamonde espère éventuellement recevoir l’aval du gouvernement provincial pour acheter l’école, si celle-ci est mise en vente par le TDSB.

On continue de travailler avec le ministère de l’Éducation pour s’assurer que si on a la possibilité d’avoir l’édifice, on puisse avoir les fonds pour en faire l’achat.

Sylvie Landry, présidente du Conseil scolaire Viamonde

Alors que le gouvernement ontarien a annoncé plusieurs compressions depuis son entrée au pouvoir, le ministère de l'Éducation assure que le financement du projet est maintenu.

La responsable des relations publiques, Heather Irwin, ajoute que le ministère poursuit son travail avec le Conseil scolaire Viamonde.

L’ouverture de la nouvelle école est toutefois conditionnelle à l’obtention d’un accès privilégié aux espaces verts du parc Felstead. Le conseil scolaire travaille avec la Ville de Toronto en ce sens.

Mme Landry espère recevoir toutes les approbations requises pour que l’école puisse ouvrir d’ici deux à trois ans.

Des parents déplorent encore le choix Greenwood

La Coalition de parents pour une école secondaire de quartier (Coalition PESQ) s’est longtemps opposée à la rénovation de l’école Greenwood. Encore aujourd’hui, plusieurs parents d’élèves se montrent critiques face au projet.

On n’est pas contre Greenwood, mais on est pour l’équivalence aux écoles anglophones du quartier.

Lianne Doucet, membre de la Coalition de parents pour une école secondaire de quartier
Lianne Doucet est membre de la Coalition de parents pour une école secondaire de quartier Lianne Doucet est membre de la Coalition de parents pour une école secondaire de quartier Photo : Radio-Canada / Julie-Anne Lamoureux

Un an après l’annonce de financement, certains parents sont déçus que le Conseil Viamonde n’ait toujours pas présenté de projet d’école équivalente. Ils demandent une école qui présente les mêmes caractéristiques que les écoles secondaires du quartier.

Selon la Coalition PESQ, le projet d’école Greenwood pourrait être jugé équivalent s’il respecte certaines conditions.

  • L’usage exclusif du parc Felstead
  • Une promenade piétonne reliant l'école Greenwood au parc Felstead
  • La construction d’un véritable auditorium avec des sièges fixes
  • L’ajout d’une cafétéria séparée et d’une aire de détente fenêtrée

Mme Doucet assure que ces caractéristiques sont essentielles à la qualité de vie des élèves. De plus, elle affirme que plusieurs parents d'élèves préfèrent envoyer leurs enfants dans les écoles anglophones, car les installations scolaires y sont meilleures.

Il faut que notre école francophone soit capable d’attirer et retenir nos élèves francophones, dit-elle. On a plein d’élèves francophones dans les écoles anglophones. C’est le temps d’arrêter l’assimilation.

Selon la Coalition PESQ, le Conseil Viamonde aurait pu envisager des options de rechange à l’école Greenwood.

Il y a des options dans notre quartier pour bâtir une belle école qui serait équivalente. [...] On ne vise pas haut lorsqu’on regarde Greenwood comme la seule option, affirme Mme Doucet.

En avril 2018, la Coalition PESQ a proposé quatre autres emplacements. Le Conseil Viamonde assure toutefois que ces options ont été étudiées et que Greenwood reste la seule option possible à court terme.

Le recours contre la province toujours en marche

En juin 2017, la Coalition de parents pour une école secondaire de quartier a déposé une requête en Cour supérieure pour obtenir une école secondaire francophone équivalente aux écoles de langue anglaise du quartier.

Malgré l’annonce de la subvention de 16 millions de dollars, Me Nicolas Rouleau, l’avocat chargé du dossier, assure que le recours est toujours d’actualité.

Nous pensons que la preuve que nous avons déposée démontre clairement qu'il existe un besoin pour une école secondaire francophone dans la collectivité Est, mais que Greenwood dans son état présent [...] ne fournirait pas une réparation au fait d'avoir enfreint les droits, explique Me Rouleau.

Un homme parle au microMe Nicolas Rouleau Photo : Radio-Canada / Cédric Lizotte

Pour l’instant, la partie requérante attend la réponse juridique du gouvernement au litige. Celui-ci devra fournir une preuve indiquant pourquoi il n'existe aucune violation des droits linguistiques des parents francophones dans la collectivité Est de Toronto.

La Coalition des parents espère que le Conseil Viamonde pourra profiter de la pression générée par le dossier afin d’obtenir le financement et l'aide nécessaires pour présenter un projet d'école francophone équivalente aux écoles anglophones.

Celle-ci espère régler le dossier à l’amiable. Cela devient de plus en plus improbable, souligne toutefois Me Rouleau.

En décembre 2018, la Coalition PESQ a également envoyé une lettre à la nouvelle ministre de l’Éducation, Lisa Thompson. Ces parents espèrent obtenir une rencontre avec la ministre pour régler le litige. Leur demande est restée jusqu'ici sans réponse.

Toronto

Éducation