•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nouveau-Brunswick, coup de coeur touristique d’un des plus grands quotidiens français

La page du format papier du quotidien français Le Monde où on peut lire « Si jolie Acadie ».
Le Nouveau-Brunswick est le coup de coeur du journal français Le Monde pour sa sélection annuelle de voyages. Photo: Gouvernement du Nouveau-Brunswick
Anaïs Brasier

« Une province canadienne à la nature époustouflante, où l'on découvre aussi l'héritage du peuple acadien, lointain descendant des colons français », écrit un journaliste français au sujet du Nouveau-Brunswick, qu'il n'a toutefois jamais visité.

Chaque année, Le Monde établit une sélection de voyage. Pour l’année 2019, le premier coup de coeur du journal est le Nouveau-Brunswick, et plus particulièrement l’Acadie.

Et si la destination de l’année était un pays qui n’existe pas?

Thomas Doustaly, journaliste pour Le Monde

L’Acadie n’est ni un État ni même une province. Si c’était un pays, il serait de cocagne : née en 1604 par la volonté de colons français et disparue un siècle plus tard, l’Acadie ne subsiste plus que dans les cœurs, écrit le journaliste français Thomas Doustaly.

Le journaliste continue en louangeant les paysages du Nouveau-Brunswick, dont les forêts et les plages, qu’il compare d’ailleurs à la Côte d’Azur française.

La parlure chaleureuse des Acadiens

Puis il enchaîne sur les attraits touristiques des sites historiques acadiens, dont le Musée acadien de l’Université de Moncton, le Monument Lefebvre, à Memramcook, le Pays de la Sagouine, à Bouctouche, le village de pêcheurs l’Île-aux-Puces et le Village historique acadien, à Bertrand. Ce sont, selon le journaliste, les lieux qui entretiennent la « mémoire minoritaire » des Acadiens.

Abordable, idéale pour les familles comme pour les jeunes baroudeurs, la seule province officiellement bilingue du Canada n’a qu’un défaut, la brièveté de sa belle saison, entre juin et octobre! Il faut donc viser juste pour aller se régaler de homards grillés au bord de l’océan, observer les plus hautes marées du monde dans la sublime baie de Fundy, et découvrir la "parlure" si chaleureuse des Acadiens, conclut-il.

Un hommage au Nouveau-Brunswick sans l'avoir visité

Radio-Canada a joint par téléphone la porte-parole du ministère du Tourisme et de la Francophonie, Stéphanie Bilodeau. Elle confirme que Thomas Doustaly n’est pas venu lui-même au Nouveau-Brunswick, mais a écrit son article après une rencontre avec Emmanuelle Winter, directrice France pour Tourisme Nouveau-Brunswick, basée à Paris. Elle assure également qu’il ne s’agit pas d’un publireportage. Le palmarès a été rempli à partir d'un questionnaire envoyé aux intervenants de l'industrie touristique, dont des agents et des influenceurs.

Cette reconnaissance est notamment attribuable à l’excellent travail de nos employés au ministère qui assurent la promotion et la visibilité du Nouveau-Brunswick comme destination touristique auprès des marchés internationaux, a d’ailleurs affirmé Robert Gauvin, ministre de la Francophonie, dans un communiqué.

Radio-Canada a également envoyé une demande d'entrevue au journaliste Thomas Doustaly, qui n’a pas encore répondu.

Avec les informations de Nicolas Steinbach

Nouveau-Brunswick

Tourisme