•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accusations criminelles retirées contre un ex-courtier immobilier de Rimouski

Le palais de justice temporaire de Rimouski
Le palais de justice temporaire de Rimouski Photo: Radio-Canada / Simon Turcotte
Ariane Perron-Langlois

Les accusations criminelles qui pesaient contre l'ex-courtier immobilier Yvan Dubé ont été retirées, mardi, au palais de justice de Rimouski.

Au premier jour du procès, le directeur des poursuites criminelles et pénales a retiré les deux chefs d'accusation de harcèlement criminel et menaces qui pesaient contre l'homme de 57 ans.

En retour, Yvan Dubé s'est engagé à ne pas se trouver en présence de la victime et à ne pas communiquer avec elle pour une période de 12 mois, en vertu de l’article 810 du Code criminel.

L'ancien agent immobilier rimouskois, Yvan DubéL'ancien agent immobilier rimouskois, Yvan Dubé Photo : Radio-Canada

Dans le cadre de cet engagement, il a reconnu les faits présentés par la Couronne, soit que le 9 décembre 2017, il a utilisé un faux nom pour attirer la représentante d'une autre bannière immobilière dans une résidence dont il est propriétaire. Il a ensuite verrouillé la porte et tenu des propos agressifs.

L'avocate de la Défense, Caroline Bérubé, explique que son client a exprimé des regrets devant le juge. Elle ajoute qu'il n'aura pas de casier judiciaire à la suite de ces événements.

Il regrette les gestes qui ont été posés, c'est certain. Mais ce qui est important de dire, c'est que Monsieur n’a été déclaré coupable d'aucune infraction aujourd'hui. Par contre, il a admis que son comportement ait pu faire raisonnablement craindre la plaignante au dossier, et il s'engage pour la prochaine année, à ne pas avoir de contacts avec elle, a déclaré Me Bérubé.

Caroline Bérubé, avocate de la DéfenseCaroline Bérubé, avocate de la Défense Photo : Radio-Canada

Rappelons qu'en raison de ces événements, Yvan Dubé a été suspendu à vie par le comité de discipline de l'Organisme d'autoréglementation du courtage immobilier du Québec.

Son avocate indique que M. Dubé ne cherchera pas à retrouver l’autorisation d’exercer la profession d’agent immobilier.

Mon client aujourd’hui, est prêt à passer à autre chose. Il se cherche un emploi dans un autre domaine. Il tourne la page et regarde vers l’avant, affirme Mme Bérubé.

Le procureur aux poursuites criminelles et pénales, Luc Cyr, a affirmé devant le tribunal qu’il avait décidé de retirer les deux chefs d’accusation pour des « raisons juridiques ». Il a également rappelé que la plaignante au dossier « avait subi des conséquences sévères ».

Me Cyr a toutefois refusé de répondre aux questions des journalistes après l’audience.

Bas-Saint-Laurent

Harcèlement