•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nouveau chef du Bloc québécois dévoile ses priorités

Le chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet
Le chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet Photo: The Canadian Press / Adrian Wyld
Estelle Côté-Sroka

Yves-François Blanchet veut défendre à Ottawa les idées qui font consensus à l'Assemblée nationale, sans toutefois devenir le porte-parole de la Coalition avenir Québec à Ottawa.

En marge du premier caucus des députés depuis son couronnement, le nouveau chef a laissé savoir que le Bloc québécois concentrera ses efforts sur l’environnement, l’économie, mais aussi sur les questions identitaires au cours des prochains mois.

« Nous avons le devoir d’être cohérents avec le consensus de l’Assemblée nationale », a indiqué Yves-François Blanchet dans un premier point de presse depuis son couronnement comme chef.

La déclaration de revenus unique et la maîtrise du français par les immigrants qui s’installent au Québec font partie des idées que le Bloc québécois défendra dès la rentrée parlementaire.

Le député Mario Beaulieu prévoit, par exemple, déposer un projet de loi pour s’assurer que les nouveaux citoyens canadiens qui s’installent au Québec maîtrisent adéquatement le français. Le Bloc doute néanmoins que les libéraux de Justin Trudeau acceptent d’en débattre à la Chambre des communes.

Cap sur les prochaines élections

M. Blanchet croit que le Bloc sera en mesure de remporter au moins 20 circonscriptions lors des prochaines élections fédérales.

Il soutient que son parti a des « désaccords viscéraux » avec le Parti libéral du Canada sur plusieurs sujets.

Le chef bloquiste ajoute que les engagements des conservateurs sont peu réalistes, notamment parce que les intérêts du Québec diffèrent trop de ceux de l’Ouest canadien.

« Andrew Scheer arrive au Québec et essaye de dire le plus possible de choses qui soient compatibles [avec les idées de la CAQ] parce que c’est la grande séduction des conservateurs qui essayent de récupérer un maximum des électeurs de la CAQ », a-t-il dit.

Ce que les Québécois ont envie d’entendre en français d’Andrew Scheer est passablement différent de ce que les Manitobains ont envie d’entendre en anglais d’Andrew Scheer.

Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois

Par ailleurs, l’arrivée du Parti populaire du Canada de Maxime Bernier pourrait profiter aux souverainistes, soutient M. Blanchet. « Ça pourrait faire mon affaire dans quelques circonscriptions », dit-il.

Le politicien avance que les votes que Maxime Bernier récoltera seront soutirés aux conservateurs, ce qui pourrait permettre au Bloc de se faufiler dans certaines circonscriptions.

Pendant les prochains mois, Yves-François Blanchet veut poursuivre les efforts de financement du Bloc, pour démarrer la campagne électorale avec des moyens financiers comparables à ceux des autres formations politiques. Le chef « veut capitaliser sur l’élan du mois de décembre » qui a permis au Bloc d’amasser 300 000 $.

Yves-François Blanchet prévoit toujours se présenter comme candidat aux prochaines élections dans une circonscription de la Montérégie, sans préciser laquelle.

Un nouveau chef qui motive les troupes

Réunis en caucus pour la première fois depuis l’arrivée de leur nouveau chef, les députés bloquistes n’ont jamais été aussi motivés à travailler ensemble depuis 2015, soutient le député Louis Plamondon.

Le vétéran de la politique affirme que « l’unité dans le caucus est extraordinaire ».

Yves-François Blanchet compte se rendre à Ottawa chaque semaine, notamment pour participer au caucus des députés le mercredi.

Politique fédérale

Politique