•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Évaluation environnementale du tramway : des groupes « verts » appuient Québec

Esquisse du projet de réseau structurant de transport en commun de la Ville de Québec
Le projet de RSTC comprend une portion tramway d'une longueur de 23 km. Photo: Ville de Québec
Radio-Canada

Des groupes écologistes appuient la demande de la Ville de Québec de soustraire son projet de tramway au processus d'évaluation des impacts sur l'environnement.

À l’instar de l’administration Labeaume, le Conseil régional de l’environnement (CRE) et les organismes Vivre en ville et Accès transports viables contestent les nouvelles règles qui obligent les projets de transport sur rail à se soumettre à cette évaluation.

Ces groupes font remarquer que les règles ne s’appliquent pas aux projets de transport par bus, qui sont pourtant plus polluants que la portion tramway (23 km) du futur réseau structurant de transport en commun (RSTC).

« Le tramway a des impacts moins grands sur la population en termes de bruit, de vibrations et de pollution atmosphérique. Il n’y a que des bénéfices, en plus d’avoir une plus grande capacité avec le tramway », fait valoir Alexandre Turgeon, vice-président exécutif du CRE et président-fondateur de Vivre en ville.

Esquisse du projet de réseau structurant de transport en commun de la Ville de QuébecLe tracé de la ligne de tramway comprend deux portions souterraines totalisant une longueur de 3,5 km. Photo : Ville de Québec

Délais appréhendés

La Ville de Québec a tenté sans succès de soustraire le RSTC au processus d’évaluation environnementale.

« On a reçu une fin de non-recevoir des fonctionnaires », a déploré lundi le vice-président du comité exécutif et président du Réseau de transport de la capitale, Rémy Normand.

La municipalité craint que le processus, qui peut prendre jusqu’à quatre mois, entraîne des délais dans la réalisation du projet.

Le processus permet aux différentes directions du ministère de l’Environnement de poser des questions sur le projet et de revenir à la charge pour obtenir plus de précisions.

Au terme de cet exercice, le Ministère pourrait soumettre le RSTC à une évaluation du Bureau des audiences publiques sur l’environnement, une procédure susceptible d’entraîner d’autres délais.

Rémy Normand en entrevue dans les studios de Radio-Canada à QuébecRémy Normand, vice-président du comité exécutif et président du RTC Photo : Radio-Canada / Jean-Simon Fabien

Comme le REM

À défaut d’obtenir une exemption, la Ville demande que l’évaluation environnementale soit réalisée en parallèle et dans des délais raisonnables. Elle rappelle que ce privilège a été accordé au Réseau express métropolitain (REM).

Le ministère de l’Environnement n’a pas voulu dire si le projet de RSTC pourrait faire l’objet d’une évaluation accélérée.

Entre-temps, la Ville de Québec a déposé un avis de projet auprès du Ministère. Cette étape officialise le début de la procédure d’évaluation et d’examen des impacts sur l’environnement pour la construction de la portion tramway du RSTC.

Avec les informations de Louise Boisvert

Québec

Politique municipale