•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un collectionneur « démasqué » à Bellevue

Greg Grenier devant le Centre francophone de Bellevue
Greg Grenier devant le Centre francophone BDS à Bellevue Photo: Radio-Canada / Nicole Lavergne-Smith
Nicole Lavergne-Smith

Greg Grenier, de St-Isidore de Bellevue, n'est pas le genre d'homme qui a besoin de se cacher pour dire ce qu'il pense. Pourtant depuis trois ans, il collectionne avec passion des dizaines de masques provenant des quatre coins de la planète. Il présente ces nombreux masques lors d'une exposition au centre communautaire de Bellevue, à la grande surprise des résidents de sa communauté.

Le reportage de la Fureteuse fransaskoise Nicole Lavergne-Smith en collaboration avec le vidéaste Olivier Férapie

C’est lors du mariage de son neveu au Mexique il y a trois ans que Greg Grenier a acheté son tout premier masque. Un masque maya.

C’est à ce moment qu’il a eu la piqûre et qu'il a décidé d'en faire une collection.

En tout, il possède maintenant 45 masques venus d’un peu partout dans le monde. Sa soeur Debbie Grenier estime qu’une telle collection vaut probablement des milliers de dollars. Greg Grenier, lui, en n’a aucune idée.

Ce qui l’intéresse et le passionne surtout, c’est le fait de connaître l’histoire de ces objets et leurs origines.

Masque funéraire mayaAgrandir l’imageDes masques funéraires mayas. Photo : Radio-Canada / Nicole Lavergne-Smith

Certains masques sont des répliques, d’autres sont authentiques et ont été conçus par des artisans locaux.

Selon la directrice du Centre francophone BDS, Pauline Gaudet, quand les résidents de Bellevue voient la collection de Greg Grenier pour la première fois, ils sont étonnés et s’exclament: c'est Greg qui a collectionné toutes ces choses-là?

La plupart ignoraient que ce résident de Bellevue collectionnait des masques.

Une photo d'un masque docteur-sorcier très réaliste. Le masque a des cheveux et un énorme sourire.Agrandir l’imageUn masque docteur-sorcier originaire de Bali en Indonésie Photo : Radio-Canada / Nicole Lavergne-Smith

Ces masques, Greg Grenier les a obtenus de différentes.

Il en a reçu en cadeau, il en a échangé avec un ami collectionneur, il en a même déniché dans des ventes-débarras.

Il y a des masques de partout. Il y a du monde qui va en vacance puis en ramène un. Deux, trois ans plus tard, la bonne femme dit : sors ça de là, mets ça dans le garage, puis là ça se fait vendre.

Aujourd’hui, si vous lui demandez de choisir le masque qu’il affectionne le plus dans sa collection, Greg Grenier vous répondra sans hésiter qu’il s’agit d’un masque du Népal fait avec des racines de bambou.

Un cadeau de sa soeur Debbie.

Le visage d'un homme sculpté dans des racines de bambou
Agrandir l’imageCe masque est le préféré du collectionneur Greg Grenier. Photo : Radio-Canada / Nicole Lavergne-Smith

Et si vous demandez à Debbie Grenier de parler de son frère, elle vous dira qu’il est un génie!Il a tellement d’informations dans sa tête et peut résoudre les problèmes .

Même son de cloche du côté de Pauline Gaudet. Elle dit qu’il a une excellente mémoire et un talent artistique très développé. Les enfants l’appelaient McGiver. Il aime ça inventer, faire de la recherche arranger des choses pour que ça fonctionne mieux.

Greg en souriant, sans masque, dira pour sa part qu’il est tout simplement, le fils d’un fermier.

Photo d'un masque Swazi Agrandir l’imageUn masque Swazi, en provenance de l’Afrique du Sud Photo : Radio-Canada / Nicole Lavergne-Smith

Pour découvrir les autres reportages de la Fureteuse fransaskoise, c'est ici.

Saskatchewan

Arts