•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ministère de la Santé revoit certaines priorités mises en place par Barrette

Danielle McCann

La ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, Danielle McCann, réoriente des dossiers névralgiques.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des changements importants au vaste organigramme du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec sont soudainement apparus dans les dernières semaines. Les services de proximité, la santé mentale et la cancérologie semblent à première vue avoir baissé sur l'échelle des priorités.

Un texte de Mathieu Dion, correspondant parlementaire à Québec

Il y a près d'un an, Gaétan Barrette, alors ministre de la Santé, mettait en place une Direction générale des services de proximité, des urgences et du préhospitalier, afin de donner un rôle plus central à ce qu'on appelle communément la première ligne.

Cette direction était dotée d'un sous-ministre adjoint ayant un accès direct au sous-ministre et aux tables stratégiques. Deux sources bien au fait du dossier s'inquiètent de voir que cette direction a perdu son sous-ministre adjoint, le Dr Antoine Groulx, et qu'elle serait éventuellement annexée à une autre.

L'une des sources considère cette décision comme l'une des « plus contestables et lourdes de conséquences » prises par le gouvernement caquiste jusqu'ici.

C'est maintenant l'actuelle sous-ministre adjointe de la Direction générale des services hospitaliers, de la médecine spécialisée et universitaire, la Dre Lucie Opatrny, qui hérite de la direction. Elle passe ainsi de 5 à 14 directions sous-jacentes.

L'inquiétude vient de la charge de travail qui incombera à la Dre Opatrny, malgré sa grande compétence, souligne-t-on en coulisses, et de la priorisation des dossiers dans un contexte où les services hospitaliers accaparent toute l'attention.

La priorité donnée aux soins de première ligne risquerait ainsi d'être noyée dans la masse critique de dossiers relevant dorénavant d'une même personne. Pourtant, dans son discours d'ouverture, le premier ministre François Legault se donnait comme objectif principal en santé de renforcer la première ligne.

Par courriel, le ministère de la Santé et des Services sociaux indique qu'il « n'est aucunement question que des directions perdent de leur importance » et que « tous les sous-ministres adjoints et associés peuvent compter sur des équipes de directeurs pour les soutenir dans leurs mandats respectifs ».

La santé et la cancérologie rétrogradées

Deux autres directions qui relevaient directement du sous-ministre Yvan Gendron sont reléguées à des sous-ministres adjoints. La Direction générale des services de santé mentale et de psychiatrie légale, créée par Gaétan Barrette en février, relèvera désormais de la Direction générale des services sociaux.

Selon le psychiatre Alain Lesage du Centre national d'excellence en santé mentale, il s'agit « d'une perte de priorité » et « d'une menace pour la qualité des services de soins mentaux ». Le leadership ainsi que l'influence de la direction seraient fortement à risque.

Le Parti libéral a aussi réagi par communiqué à cette découverte : « Danielle McCann et François Legault envoient un très mauvais signal, selon la députée Hélène David, et démontrent un grand manque de sensibilité envers le nouveau mal du siècle. » Elle demande au gouvernement de reculer sur cette décision.

La Direction générale de la cancérologie est également rétrogradée et viendra s'ajouter aux nombreuses responsabilités de la Dre Lucie Opatrny.

Le ministère de la Santé évoque pour sa part une réorientation des « dossiers névralgiques » vers une « complémentarité accrue » et que l'organigramme, bien qu'il soit accessible en ligne, sera définitif en février seulement.

Politique provinciale

Politique