•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'odeur d'un arrivage de pétrole entraîne l'évacuation de 23 élèves d'une école de Montréal-Est

Une voiture du SPVM et une ambulance devant l'école Saint-Octave.

Des élèves et un professeur ont été évacués de l'école Saint-Octave, à Montréal-Est, en raison d'une odeur de soufre.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une odeur de soufre provenant de l'extérieur de l'école primaire Saint-Octave dans Montréal-Est a entraîné l'évacuation d'une vingtaine d'élèves et d'un professeur mardi midi.

Des ambulanciers paramédicaux ont procédé sur place à l'évaluation des élèves et d'un professeur.

« Nous avons évalué 23 enfants qui présentent des symptômes mineurs : des maux de tête, des maux de coeur. [Il n'y a eu] aucun transport à l'hôpital », a indiqué Benoît Garneau, du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM).

La situation est maintenant maîtrisée et les élèves sont en sécurité, affirme la Commission scolaire de la Pointe-de-l'Île sur sa page Facebook.

Une seule classe a été touchée dans l'école, qui est située dans un quartier résidentiel.

Urgence-Environnement, qui a été appelée sur les lieux, a indiqué par courriel en après-midi que les odeurs provenaient d’un arrivage de pétrole brut chez Suncor.

« Une trop forte teneur en soufre dans le pétrole brut serait la cause de ces émissions d’odeurs lors du transbordement dans un réservoir », écrit l'organisme qui intervient comme conseiller technique lors d'urgences environnementales au nom du ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Le réservoir de pétrole est en train d'être vidangé, ce qui pourrait prendre plusieurs jours, précise Urgence-Environnement.

De son côté, Suncor affirme dans un courriel qu'elle mesure la qualité de l'air avec des détecteurs fixes et qu'elle a chargé des opérateurs de prendre des mesures au moyen d'appareils portatifs. Elle affirme que les premières lectures sont « à l'intérieur des limites réglementaires ».

Plus tôt, le Service de sécurité incendie de Montréal s'était assuré que les locaux de l'école Saint-Octave étaient sécuritaires.

« Il y a des lectures qui ont été prises par le service d'incendie. Aucun produit chimique n'a été détecté à l'intérieur. Du côté de la nourriture, tout est correct aussi. La seule explication, c'est effectivement qu'on est à côté des raffineries de Montréal-Est », précise Benoît Garneau.

Avec des informations de Normand Grondin

Grand Montréal

Justice et faits divers