•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

27 naturopathes font l’objet d’une enquête en C.-B.

Une femme assise sur une table avec un professionnel de la santé qui tient un Ipad.

Le Collège des naturopathes dit que la majorité des naturopathes ont pris l'initiative de s’assurer que leur site Internet, leurs médias sociaux et les autres publicités respectent les règles du Collège.

Photo : Shutterstock

Radio-Canada

Depuis que le Collège des naturopathes de la Colombie-Britannique a commencé à sévir contre des publicités douteuses il y a 8 mois, 27 personnes font l'objet d'une enquête, selon le registre du Collège.

Les 593 naturopathes enregistrés de la province ont reçu plus tôt en janvier un avis selon lequel ils avaient jusqu’au 21 janvier pour s’assurer que le matériel public qu’ils produisent respecte les règles du Collège et les lois. Ils ont été avisés que si tel n'était pas le cas, ils feraient l’objet d’une enquête.

Dans un courriel, la registraire Phillipa Stanaway dit que le mandat du Collège est de protéger le public pour que les Britanno-Colombiens puissent prendre des décisions éclairées sur leur santé.

« Pour ce faire, les membres du public doivent recevoir des informations exactes de la part de leurs fournisseurs de soins de santé réglementés. Faire de la publicité qui a le potentiel de les tromper peut mettre leur santé en danger et représente une inquiétude sérieuse pour le Collège », écrit-elle.

Le Collège dit que la majorité des naturopathes ont pris l'initiative de s’assurer que leur site Internet, leurs médias sociaux et les autres publicités respectent les règles du Collège. Les 27 naturopathes qui font l’objet d’une enquête représentent 4,6 % de tous les naturopathes de la province.

Le Collège a commencé à sévir contre les contrevenants après un reportage de CBC révélant qu’une naturopathe de la province publicisait un traitement homéopathique contre l’autisme à base de salive de chien ayant la rage. Le Collège a dénoncé cette pratique et a annoncé qu’il renforçait ses règles sur la publicité.

Selon des informations de Bethany Lindsay, CBC News

Colombie-Britannique et Yukon

Santé publique