•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxime Pedneaud-Jobin, en lice pour le prix Coupe paperasse d’or

Les drapeaux de la Ville de Gatineau, du Québec et du Canada en berne devant la Maison du citoyen.
Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau, est en lice pour le prix Coupe paperasse d’or, qui reconnaît les gouvernements et les fonctionnaires qui ont pris des mesures concrètes pour réduire de façon significative les formalités administratives imposées aux PME. Photo: Courtoisie : Ville de Gatineau
Radio-Canada

Pour une 10 e année consécutive, la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) tient sa Semaine de sensibilisation à la paperasserie, une occasion de rappeler les impacts négatifs de la paperasse pour les entrepreneurs.

À l’inverse, le prix Coupe paperasse d’or, dont les gagnants seront annoncés le 24 janvier, reconnaît les gouvernements et les fonctionnaires qui ont pris des mesures concrètes pour réduire de façon significative les formalités administratives imposées aux PME.

Le maire de Gatineau Maxime Pedneaud-Jobin fait partie des nommés dans cette catégorie. La Ville de Gatineau est considérée comme une championne de l’allègement réglementaire.

La Ville de Gatineau a adopté depuis les trois dernières années quatre résolutions omnibus pour enlever plusieurs irritants aux PME dans leur processus avec le Département d'urbanisme de la Ville.

Nous avons allégé la réglementation sur l’affichage et sur les panneaux solaires. Même sur le code de construction du Québec, où il y avait parfois des différences avec notre réglementation, nous avons tout harmonisé. Chaque cas a l’air pas tellement important, mais chaque cas demandait des dérogations mineures à la personne qui le faisait, c’est en centaines [que se compte] le nombre de règlements que nous avons allégé, a-t-il précisé.

Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, qui, par le projet de loi 47, a permis une révision majeure des changements coûteux pour les entreprises qui avaient été apportés aux lois du travail, en plus de faire preuve de leadership pour la réduction du fardeau administratif des PME à l’échelle du gouvernement est en compétition avec le maire de Gatineau.

Scott Brison, ancien président du Conseil du Trésor, est aussi finaliste dans cette catégorie pour sa détermination à faire de la réduction de la paperasserie fédérale un objectif annuel.

Les cancres

La Loi encadrant le cannabis au Québec, la Régie des alcools, des courses et des jeux du Québec (RACJ) et la Ville de Toronto, figurent parmi les finalistes du prix Poids lourd de la paperasserie.

Les finalistes imposent aux propriétaires de PME des règlements jugés parmi les plus absurdes, exagérés ou injustement coûteux pour les entreprises, a précisé la FCEI par communiqué.

L'objectif est d'envoyer un message clair aux gouvernements et aux fonctionnaires qui alourdissent le processus réglementaire qui fait perdre beaucoup de temps aux chefs d'entreprises, selon le directeur des affaires provinciales de la FCEI, section Québec, Bruno Leblanc.

En 2 ans, le temps que passe un chef d'entreprise à se conformer aux règlements et à remplir les formulaires des différents gouvernements représente environ 37 milliards de dollars, selon les estimations de la FCEI.

Ottawa-Gatineau

Administration