•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début de l'enquête sur le décès d'un membre des Forces canadiennes

Jason Renato Simon dans la fôret.
Début de l'enquête sur le décès Jason Renato Simon, 20 ans, membre des Forces canadiennes Photo: Margit Simon
Radio-Canada

L'enquête sur le décès d'un étudiant de l'Université Carleton et membre des Forces armées canadiennes débute mardi.

Jason Renato Simon, 20 ans, s'est suicidé dans sa résidence d'Ottawa en février 2016 après des semaines de consultation à de multiples services de santé mentale, selon une déclaration du coroner de la région est de l'Ontario, qui mène l'enquête.

L'enquête aura pour but d'examiner les circonstances qui ont mené à la mort de Jason Renato Simon et de faire des recommandations pour empêcher que des décès semblables ne se reproduisent.

Sa mère, Margit Simon, a dit que malgré l'accès à de multiples services de soutien, son fils n'a pas obtenu l'aide dont il avait besoin.

Il demandait de l'aide et personne ne le croyait vraiment, a-t-elle dit.

Jason avait déjà tenté de se suicider, a précisé sa mère, mais n'avait pas dit à sa famille qu'il luttait pour sa santé mentale.

C'était un jeune homme et il pensait pouvoir le supporter. Je suppose que c'est une question de fierté et qu'il ne voulait pas nous inquiéter.

Mme Simon a mentionné qu'un médecin de l'hôpital lui a dit que son fils n'était pas un danger pour lui-même et qu'il a obtenu son congé 72 heures après son admission.

Deux semaines plus tard, il était mort.

Quand il était à l'hôpital, je lui ai demandé ce qui n'allait pas pour qu'on puisse l'aider et il a dit qu'il aurait aimé savoir. Sa mère a ajouté qu'elle se souvenait de s'être sentie impuissante à ce moment-là.

C'était terrifiant parce qu'en tant que mère, je voulais l'aider de mon mieux, mais j'étais coincée.

Margit Simon

Jeune homme avec des rêves

Jason Renato Simon a grandi à Windsor, en Ontario, et étudiait la criminologie à l'Université Carleton au moment de sa mort.

Il a également été membre des Forces armées canadiennes avec le 30e Régiment.

Margit Simon et son fils.Margit Simon, à gauche, et son fils Jason Renato Simon. Il était membre des Forces armées canadiennes avec le 30e Régiment. Photo : Margit Simon

C'était son rêve depuis son enfance. Il voulait assurer la sécurité du Canada et apporter une contribution, a expliqué Mme Simon.

Elle se souvient de son fils comme d'un jeune homme amusant qui aimait les animaux et le plein air.

Mme Simon et son mari ont l'intention d'assister chaque jour à l'enquête. Elle espère que cela mènera à des recommandations qui empêcheront que ce qui est arrivé à son fils n'arrive à qui que ce soit d'autre.

Un don pour les services de santé mentale à Ottawa

Besoin d'aide?

Voici quelques ressources en santé mentale dans la région de la capitale nationale :

  • Ligne québécoise de prévention du suicide : 1 866 APPELLE (277-3553)
  • Le Centre de détresse d'Ottawa et de la région : 613 238-3311

Ottawa-Gatineau

Suicide