•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un demi-million de dollars pour la démolition de l’ancien hôtel de ville de Kénogami

La devanture d'un édifice.

L'ancien hôtel de ville de Kénogami.

Photo : Radio-Canada

Mélyssa Gagnon

Les élus de Jonquière continuent de réfléchir à l'avenir de l'ancien hôtel de ville de Kénogami. Le bâtiment construit en 1932 se trouve dans un état de décrépitude avancé.

Malgré quelques visites de promoteurs privés songeant à relancer le bâtiment de la rue du Roi-Georges, Saguenay n’a pas reçu d’offre. L’immeuble requiert des investissements majeurs, lesquels pourraient atteindre quelques millions de dollars.

Le conseiller municipal du secteur, Michel Thiffault, estime que la démolition semble être la voie la plus envisageable, puisque le bâtiment ne peut être restauré aux frais de la Ville.

Toutefois, l’administration municipale devra investir environ un demi-million de dollars pour la démolition.

Parmi les options à l’étude figure le maintien d’une portion de la bâtisse en guise de rappel historique. La façade, par exemple, pourrait être maintenue. La Ville devra statuer sur le sort de l’immeuble avant la fin de l’année.

La bâtisse a longtemps abrité les locaux du Prisme culturel, mais l’école de danse a été évincée en 2015 parce que le plafond d’un studio menaçait de s’effondrer. Un mur porteur du bâtiment présentait également des signes d’effritement.

Un projet pour Kénogami

Par ailleurs, Michel Thiffault précise qu’un projet structurant sera bientôt annoncé pour insuffler du dynamisme au centre-ville de Kénogami. Il s’agirait d’une initiative à caractère commercial, dont les grandes lignes ne peuvent être dévoilées pour l’instant.

Au cours des prochains mois, le Centre de liquidation Gagnon Frères, situé rue Sainte-Famille, fermera ses portes. Le commerce déménagera dans l’ancien Walmart, boulevard René Lévesque. Les élus de l’arrondissement de Jonquière veulent tout mettre en œuvre pour trouver une nouvelle vocation au bâtiment.

Saguenay–Lac-St-Jean

Affaires municipales