•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort à l'extérieur d'une résidence : une meilleure surveillance des aînés réclamée

Une préposée aux soins aide une aînée à se déplacer dans un corridor.

La mort de la mère de Gilles Duceppe démontre que les mesures de sécurité dans les résidences pour aînés sont insuffisantes, selon la FADOQ en Outaouais.

Photo : Reuters / Thomas Peter

Radio-Canada

La mort tragique par hypothermie de la mère de Gilles Duceppe, à 93 ans, dans la cour d'une résidence pour personnes âgées, dimanche, a retenu l'attention partout au Québec. Selon la présidente du Réseau FADOQ en Outaouais, Gisèle Tassé-Goodman, ces établissements devraient être mieux surveillés.

La mère de l'ancien chef du Bloc québécois, Hélène Rowley Hotte, s’est retrouvée embarrée à l’extérieur de sa résidence de Montréal à la suite d’une fausse alerte d’incendie. Une histoire que Mme Tassé-Goodman a du mal à avaler.

Depuis le mois de mars, il y a des mesures de sécurité qui ont été mises en place. Comment se fait-il qu’on n’a pas suivi ces normes-là? Pour nous, c’est inexplicable, a déclaré à l'émission Sur le vif la présidente du réseau anciennement connu sous le nom de Fédération de l’âge d’or du Québec, lundi.

Une femme aux cheveux blonds et courtsAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Gisèle Tassé-Goodman, présidente de la Fédération de l'âge d'or du Québec (FADOQ) en Outaouais

Photo : Gisèle Tassé-Goodman

Selon elle, cet incident démontre que les mesures en place ne sont pas suffisantes, particulièrement dans le cas de personnes à mobilité réduite ou qui ont un handicap. Dans une résidence pour personnes en perte d’autonomie ou avec des problèmes cognitifs, on a besoin de plus d’une personne pour surveiller, a expliqué Mme Tassé-Goodman.

Une solution temporaire à un problème permanent

La présidente du Réseau FADOQ en Outaouais aimerait augmenter la fréquence des inspections dans les foyers pour personnes âgées. Sinon, il faudrait au moins assurer une surveillance accrue dans ces établissements par périodes de grands froids.

La solution à long terme est de les équiper d’une technologie de surveillance capable de signaler le va-et-vient des résidents. Toutefois, cette solution semble irréaliste à l’heure actuelle.

Ça prend des sous et je pense que si le gouvernement ne libère pas des fonds, c’est difficile de faire installer cette technologie-là, qui est assez coûteuse quand même.

Gisèle Tassé-Goodman, présidente du Réseau FADOQ en Outaouais

En attendant, elle encourage le personnel de résidences pour personnes âgées à effectuer régulièrement un rappel des protocoles à suivre en cas d’urgence, afin d’éviter que la mort d’Hélène Rowley Hotte ne devienne plus qu’un incident isolé.

Il faut prendre ça au sérieux et il faut que ce soit appliqué dans toutes les résidences. Sans surveillance, des tragédies comme ça peuvent se répéter, a conclu la présidente de la FADOQ en Outaouais.

Ottawa-Gatineau

Établissement de santé