•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Garde côtière crée un inventaire de navires abandonnés

Le bateau Fundy Star III, avant qu'il ne soit démoli.

Le bateau de pêche Fundy Star III a été remorqué à Beaver Harbour et démoli par la Garde côtière canadienne.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Garde côtière canadienne veut « quantifier l'ampleur » du problème des navires abandonnés et des épaves à l'échelle nationale. Les provinces de l'Atlantique devraient avoir une bonne part des bateaux inscrits au nouvel inventaire.

Les navires délabrés, naufragés ou tout simplement laissés à l’abandon peuvent poser des risques pour l’environnement, nuire au tourisme et à la pêche, créer des risques pour la navigation et nuire aux communautés autochtones qui dépendent des voies navigables pour se nourrir ou pour leur mode de vie, a déclaré Robert Brooks, directeur de la gestion des incidents de la Garde côtière canadienne.

L'une des premières choses à faire, a déclaré Robert Brooks, consiste à déterminer le nombre de navires abandonnés sur le marché. Ensuite, ils peuvent être hiérarchisés et des plans de restauration établis.

En ce qui concerne les navires plus anciens, il pourrait y avoir des matières dangereuses, y compris de l'amiante. Nous avons donc mis en place des plans de sécurité pour les intervenants et des mesures d'urgence et antipollution.

Robert Brooks a déclaré que la Garde côtière compte déjà des agents d'intervention environnementale qui font tout leur possible pour mener une enquête et prendre des mesures chaque fois qu'il existe un risque ou une menace de pollution.

Une nouvelle loi a été adoptée pour permettre au fédéral d'être plus proactif à l’égard des navires abandonnés. Le projet de loi C-64 concernant les épaves, les bâtiments délabrés, abandonnés ou dangereux et les opérations d’assistance a été adopté en troisième lecture au Sénat.

Responsabiliser les propriétaires de bateaux

Le gouvernement cherche également à améliorer les listes d'identification des propriétaires et d'immatriculation des navires afin que nous puissions tenir les propriétaires potentiels responsables de leurs actes, a expliqué Robert Brooks.

Nous savons que la plupart des propriétaires de bateaux sont très responsables, mais certains ont du mal à respecter leurs obligations législatives.

Se débarrasser des navires abandonnés, une opération coûteuse

Par exemple, le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a payé des millions de dollars en 2015 pour faire démanteler le MV Miner, un vraquier contenant des dizaines de litres de carburant diesel et 32 ​​tonnes d'amiante.

Même les interventions pour une petite embarcation de plaisance peuvent coûter des milliers de dollars. Au Nouveau-Brunswick, le gouvernement provincial a payé 100 000 $ pour déplacer un traversier abandonné dans la baie de Shediac à Miramichi, après le refus de son propriétaire de le faire en 2005.

Nouveau-Brunswick

Pollution