•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trans Mountain : des écologistes exigent que l'ONE considère les gaz à effet de serre

Un pipeline d'Enbridge

Trans Mountain mènera à une hausse de production du pétrole des sables bitumineux, ce qui augmentera les GES, souligne Stand.earth.

Photo : Associated Press / Dale G. Young

Timothé Matte-Bergeron

Des environnementalistes ont déposé lundi une requête auprès de l'Office national de l'énergie (ONE), demandant à ce qu'il considère l'impact de l'expansion du pipeline Trans Mountain sur les émissions de gaz à effet de serre (GES) en amont et en aval du projet.

L’organisme Stand.earth soutient que l’agrandissement de l’oléoduc mènera à une hausse de la production de pétrole issu des sables bitumineux de l’Alberta, ce qui augmentera les émissions de GES.

Le projet vise à tripler la capacité de la structure existante, la faisant passer de 300 000 à 890 000 barils par jour.

« Nous voulons qu’ils examinent les impacts du pipeline sur les changements climatiques », dit Tzeporah Berman, de Stand.earth.

Toutefois, en 2014, l’ONE avait rejeté une requête similaire, affirmant que la croissance de l’industrie des sables bitumineux n’était pas liée à ce seul projet de pipeline.

Des changements depuis 2014

L’avocat Casey Leggett, qui représente Stand.earth, souligne cependant que « le monde a changé », depuis.

Entre autres, en 2015, le gouvernement nouvellement élu de Justin Trudeau a adhéré à l’Accord de Paris sur le climat, dont l’objectif est de limiter le réchauffement global à 1,5 °C au-dessus des niveaux préindustriels.

Mais surtout, l’ONE, en août 2017, s'était engagé à tenir compte de la production de GES en amont et en aval du défunt projet de pipeline Énergie Est de la compagnie TransCanada.

On se dit que ce serait arbitraire et déraisonnable que dans l’oléoduc Trans Mountain, on ne fasse pas exactement la même chose.

Casey Leggett, avocat

Un impact sur l’acidification des océans

Stand.earth affirme aussi qu’une plus grande quantité de CO2 libérée dans l’atmosphère mènera à son absorption dans l’océan, ce qui augmentera son acidité et aura un impact sur la population menacée d’orques résidentes du sud.

L’ONE a confirmé la réception de la requête du groupe environnemental, mais ne donne pas de précision sur le moment où il y donnera une réponse.

Il doit rendre un rapport contenant ses recommandations quant au projet Trans Mountain, dont le gouvernement fédéral est désormais propriétaire, d’ici le 22 février.

Colombie-Britannique et Yukon

Industrie pétrolière