•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’avenir de trois centrales hydroélectriques incertain en Nouvelle-Écosse

La centrale, vue de loin, en hiver.

Il y a 17 centrales hydroélectriques en Nouvelle-Écosse, dont celle de Lumsden Dam, près de Wolfville.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le fournisseur d'électricité Nova Scotia Power tente de déterminer s'il prolongera la vie de trois de ses centrales hydroélectriques.

La compagnie a comparé les coûts d'entretien aux coûts de démantèlement de ses centrales au cours des prochaines décennies et la différence est considérable.

Nova Scotia Power détient 17 centrales hydroélectriques. Elles produisent environ 8 % de l’électricité de la Nouvelle-Écosse.

Le coût d'entretien de ces centrales pendant les 40 prochaines années est estimé à 750 millions de dollars, selon Nova Scotia Power. C’est beaucoup d’argent, mais le démantèlement de ces 17 centrales pourrait coûte deux fois plus cher encore, soit 1,5 milliard de dollars.

Une estimation qui n’étonne pas Ian Spooner, géoscientifique environnemental de l’Université d’Acadia.

Le démantèlement d’une centrale est une opération qui occasionne de grandes dépenses, explique-t-il, notamment en raison des précautions environnementales requises. Des sédiments se sont accumulés pendant plusieurs années dans les bassins créés par les barrages. Une baisse soudaine du niveau de l'eau pourrait exposer des agents chimiques dangereux pour l'environnement, comme le mercure.

Voulons-nous payer pour remettre les choses à leur état naturel, ou alors conserver les centrales et peut-être obtenir des gains énergétiques?

Ian Spooner, géoscientifique environnemental de l’Université d’Acadia
Une centrale hydroélectrique en Nouvelle-Écosse.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Il coûterait deux fois plus cher de démanteler une centrale hydroélectrique que de l'entretenir pendant 40 ans (archive).

Photo : Radio-Canada

C'est la question à laquelle tentera de répondre Nova Scotia Power durant la prochaine année et demie.

L'entreprise considère faire des travaux pour prolonger la vie de ses centrales sur la rivière Mersey dans le comté de Queens, à Wreck Cove au Cap-Breton, et à Annapolis Royal, où se trouve la première centrale qui a utilisé l'énergie des marées pour produire de l'électricité en Amérique du Nord.

Mais peu importe la décision de Nova Scotia Power, les abonnés devront payer la facture.

Un compteur électrique de Nova Scotia Power.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Peu importe la décision de Nova Scotia Power, ce sont ses abonnés qui paieront la facture.

Photo : Radio-Canada

L'entreprise attend une approbation de la Commission des services publics et d'examen de la Nouvelle-Écosse afin de dépenser 18 millions de dollars pour rénover la centrale hydroélectrique de Tusket.

Le principal argument de Nova Scotia Power pour obtenir cette autorisation : son démantèlement coûterait trois fois plus cher.

D'après un reportage d'Olivier Lefebvre

Nouvelle-Écosse

Énergie