•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ceintures à bord des autobus scolaires : le « plus vite possible », dit Ottawa

Le ministre Marc Garneau en conférence de presse
Le ministre Garneau souhaite que le port de la ceinture de sécurité devienne rapidement obligatoire dans les autobus scolaires. Photo: Radio-Canada

Le gouvernement fédéral annonce la mise sur pied d'un groupe de travail visant à imposer le plus rapidement possible le port de la ceinture de sécurité dans les autobus scolaires. Le ministère des Transports demande toutefois la collaboration des provinces et des territoires pour s'assurer de la mise à niveau des autobus déjà en circulation.

Lors d'une conférence de presse donnée dans un hôtel du centre-ville de Montréal, à la suite d'une rencontre entre les ministres fédéral, provinciaux et territoriaux des Transports, il a ainsi été convenu de lancer rapidement un projet pilote.

« Je crois qu'un an est un horizon raisonnable; peut-être plus vite que ça », a évoqué le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, interrogé à propos de l'échéancier des travaux de ce groupe de travail.

Selon M. Garneau, si Ottawa a bel et bien l'autorité requise pour obliger l'installation de telles ceintures dans les nouveaux autobus, la mise à niveau des autobus circulant déjà sur les routes est plutôt de compétence provinciale.

Voilà pourquoi, dit-il, les provinces ainsi que les territoires, les commissions scolaires et les fabricants prendront part à cette démarche.

Transports Canada évalue depuis un certain temps la pertinence d'imposer le port de la ceinture de sécurité dans ces autobus, à la suite d'un reportage de l'émission The Fifth Estate, sur les ondes de CBC, à propos d'une étude affirmant que des milliers de blessures et de nombreuses morts auraient pu être évitées si les passagers de ces véhicules avaient été attachés lors d'accidents.

Un peu partout au pays, la réflexion alimente les discussions entre citoyens et acteurs sociaux et politiques. En Colombie-Britannique, un chauffeur d'autobus récemment embauché a récolté 50 000 signatures pour une pétition exigeant l'imposition du port de la ceinture.

Les transporteurs scolaires sont toutefois divisés sur cet enjeu. Les questions du coût de l'installation des ceintures et de l'efficacité de la démarche en matière de sécurité des enfants sont au coeur des interrogations.

Mieux former les camionneurs

Ottawa souhaite par ailleurs établir des normes pancanadiennes pour mieux encadrer la formation des camionneurs. S'inspirant de la tragédie survenue à Humboldt, en Saskatchewan, qui a causé la mort de 15 jeunes lors d'une violente collision entre un autocar et un camion, le ministre Garneau veut s'assurer que les nouveaux conducteurs maîtrisent leur véhicule.

Là encore, le fédéral consultera les provinces, avec comme objectif la publication de normes officielles d'ici un an, en janvier 2020.

« Je tiens à ce que la sécurité soit assurée », a martelé le ministre Garneau. « La Saskatchewan et l'Alberta ont déjà proposé des normes de formation robustes; nous sommes d'accord pour aller de l'avant. »

Les ministres des Transports, enfin, n'ont pas été en mesure de s'entendre sur un objectif commun pour la fin de la vente des véhicules polluants. Si M. Garneau a dit espérer que la proportion de véhicules à zéro émission toxique atteigne 10 % des ventes d'ici 2025, puis 20 % en 2030, et enfin 100 % en 2040, il a dû reconnaître qu'« il n'y a pas de consensus » des provinces et d'Ottawa sur cette question.

Le gouvernement fédéral prendra le dossier en délibéré avant de décider des objectifs à établir.

Politique fédérale

Politique