•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début de la tournée régionale de la ministre Proulx

La ministre Marie-Eve Proulx
La ministre Marie-Eve Proulx a entamé sa tournée à Matane avec l'annonce d'un investissement de 2,7 millions dans une usine. D'autres annonces sont à prévoir durant sa tournée, dit-elle. Photo: Radio-Canada
Joane Bérubé

La ministre déléguée au Développement économique régionale et ministre responsable des régions Chaudière-Appalaches, Bas-Saint-Laurent et Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Marie-Eve Proulx, amorce une tournée régionale.

La ministre rencontrera des élus et des entrepreneurs.

L’objectif de ses rencontres est de dégager les enjeux de développement spécifiques à chaque région, explique Marie-Eve Proulx. Il y a des enjeux, par exemple la pénurie de main-d’œuvre, qui est partagée avec l’ensemble du Québec, dit-elle. Ici, j’ai envie de parler, par exemple, du positionnement du Bas-Saint-Laurent dans le maritime. J’ai envie de parler de dévitalisation. J’ai envie d’entendre parler de ce qui préoccupe tant les élus que les entrepreneurs.

L’ancienne mairesse de Saint-Pierre-de-la-Rivière-du-Sud se sent particulièrement interpellée par la dévitalisation des territoires. Ça me préoccupe depuis plus de 20 ans, souligne Marie-Eve Proulx, qui estime que l’immigration est une solution parmi d’autres.

La ministre rappelle que son gouvernement s’est engagé à augmenter la prospérité économique partout au Québec. Pour ça, dit-elle, ça va prendre des gens qui vont être accueillis et qui ont envie d’être ici. Ce n’est pas tout d’attirer des gens pour travailler, il faut qu’ils aient une qualité de vie et qu’on ait quelque chose à leur offrir et qu’ils veuillent demeurer ici.

Marie-Eve Proulx passe sa première journée de rencontres dans la région de Matane où le développement éolien est un enjeu important.

Même si son gouvernement met l’accent sur l’énergie hydroélectrique, la ministre soutient que son gouvernement est conscient de la place occupée par l’éolien dans l’économie de la région. C’est une expertise qui fait vivre la région et on est conscient de ça. C’est sûr que nous aurons des pourparlers. Il y a une usine qui est presque fermée. [NDLR Enercon à Matane] Ce sont des choses qui nous préoccupent parce que c’est un moteur de développement économique.

La ministre rappelle cependant que pour le moment, l’objectif principal de son gouvernement en matière d’énergie est de vendre les surplus du Québec.

Bas-Saint-Laurent

Politique régionale