•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Îlot Saint-Vincent-de-Paul : Jacques Robitaille conteste l'avis d'expropriation

Équipe Labeaume souhaitent créer un espace vert et un lien mécanique dans le stationnement où était situé l'ancienne église Saint-Vincent-de-Paul.
L'îlot Saint-Vincent-de-Paul Photo: Radio-Canada / Jean-Simon Fabien
Yannick Bergeron

L'homme d'affaires Jacques Robitaille conteste l'avis d'expropriation déposé par la Ville de Québec, qui veut récupérer le terrain de l'îlot Saint-Vincent-de-Paul.

Dans sa contestation déposée à la Cour supérieure, le promoteur indique ne jamais avoir ménagé ses efforts pour développer l'emplacement dans le respect des règlements.

M. Robitaille affirme que son entreprise a eu, en vain, des discussions avec la Ville pour mener son projet à bien.

« La demanderesse [l'entreprise] a vu sa propriété tomber dans de véritables limbes juridiques », peut-on lire dans la demande de contestation de l'homme d'affaires.

Il se plaint d'avoir dû mettre son projet immobilier sur la glace après l'adoption d'une résolution par le comité exécutif de la Ville, en septembre 2017.

Aucune précision, disent les avocats

Cette résolution ordonnant l'expropriation n'a été suivie d'aucune précision quant aux intentions de la Ville, soulignent les avocats de Robitaille dans le document judiciaire.

« La conduite de la défenderesse [...] est inexplicable, et ambiguë et lui cause un préjudice tel qu'elle rend illégale la présente expropriation », allèguent les avocats dans leur requête.

Depuis des années, le promoteur soutient qu'il veut construire à cet endroit un hôtel, des logements et des commerces.

La Ville cherche à récupérer ce terrain de 4720 mètres carrés qui est vacant depuis la démolition de la façade de l'église Saint-Vincent-de-Paul.

L'administration du maire Labeaume a déjà indiqué vouloir y aménager un espace vert, ainsi qu'un lien mécanique pour relier la Basse-Ville à la Haute-Ville.

Québec

Justice et faits divers