•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le logement abordable à l'ordre du jour du comité exécutif de Toronto

Chantier de construction avec un travailleur et un camion à Toronto.
La Ville de Toronto veut que plus de 3000 logements abordables soient construits sur 11 terrains excédentaires. Photo: Radio-Canada / Lyne-Françoise Pelletier

Le comité exécutif du maire John Tory débattra d'un rapport sur le logement abordable intitulé Housing Now lors de sa réunion du 23 janvier. Il s'agit de la première phase d'une initiative qui mènera à la construction de 40 000 logements abordables d'ici 2030.

Il s'agit d'une promesse que le maire avait faite lors de sa campagne électorale.

Le rapport des fonctionnaires municipaux propose d'accélérer la mise en oeuvre des procédures de planification et d'approbation afin de construire, dans un premier temps, environ 10 000 logements sur les 11 terrains excédentaires de la Ville.

De plus, le tiers de ceux-ci (environ 3300) doivent être des logements locatifs abordables, ce qui veut dire que leur loyer ne doit pas dépasser 80 % du loyer moyen demandé à Toronto.

Un homme en complet gris devant un microphone.Le maire John Tory veut accélérer la construction de logements abordables dans la métropole à l'aide d'incitatifs financiers. Photo : Radio-Canada / Lyne-Françoise Pelletier

Est-ce suffisant? Non. Mais c'est beaucoup plus que ce que n'importe quel autre gouvernement municipal a fait depuis fort longtemps.

John Tory, maire de Toronto

Le maire John Tory est aussi déterminé à obtenir plus d'aide des deux autres ordres de gouvernement, notamment en ce qui concerne le logement supervisé pour les personnes souffrant de problèmes de santé mentale et de dépendance.

Cela réduirait la surpopulation dans les refuges pour sans-abri, selon lui.

Incitatifs financiers

La Ville propose d'offrir des incitatifs financiers d'une valeur de 280 millions de dollars aux promoteurs immobiliers afin d'assurer que ces logements demeurent abordables pour une période de 99 ans.

Les promoteurs seraient exemptés de l'impôt foncier et de la taxe scolaire, par exemple. Ils pourraient aussi recevoir des allègements relativement aux divers frais associés à l'aménagement d'une propriété.

Le rapport municipal suggère aussi de créer un nouveau Secrétariat de l'habitation pour mener à terme tous les projets de logement abordable. Sa mise en place coûterait 20 millions de dollars.

une femme manteau à carreaux rougesLa conseillère Paula Fletcher appuie l'initiative Housing Now. Photo : Radio-Canada / Lyne-Françoise Pelletier

Il faut commencer quelque part, affirme la conseillère municipale, Paula Fletcher, qui siège au comité de la planification et de l'habitation. Housing Now est un bon point de départ, d'après elle, pour commencer à régler certains problèmes d'accès au logement.

Ensuite, nous pourrons nous pencher sur les autres enjeux liés au logement, qui touchent les plus démunis.

Paula Fletcher, conseillère municipale à Toronto

Mme Fletcher déplore le fait que le gouvernement ontarien a mis beaucoup de temps pour mettre en oeuvre le zonage d’inclusion. Cette disposition permet aux municipalités d'exiger la présence de logements abordables dans les projets immobiliers.

panorama de tours à condos Le zonage d'inclusion aurait permis à la Ville d'exiger qu'il y ait des logements abordables dans toutes les tours d'habitation du centre-ville, selon la conseillère municipale Paula Fletcher. Photo : Radio-Canada / Lyne-Françoise Pelletier

Ces quelque 3300 logements abordables de l'initiative Housing Now sont en sus de ceux qui seront construits cette année en collaboration avec le secteur privé et les organisations sans but lucratif par l'intermédiaire du programme Open Door, qui facilite la construction de logements abordables en offrant des incitatifs fiscaux.

Toronto

Politique municipale