•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réseau de tramway : des comptes rendus mensuels sur l’état des travaux

Le tracé de la ligne de tramway comprend deux portions souterraines totalisant une longueur de 3,5 km.

Esquisse du réseau structurant de transport en commun de la Ville de Québec

Photo : Ville de Québec

Radio-Canada

La Ville de Québec s'engage à faire le point tous les mois sur l'état d'avancement de son projet de réseau structurant de transport en commun (RSTC).

Le vice-président du comité exécutif à la Ville et président du Réseau de transport de la capitale (RTC), Rémy Normand, mentionne que ces rendez-vous mensuels témoignent d’une volonté « de reprendre l’accentuation des échanges avec la population ».

« C’est une occasion […] de reprendre le dialogue qui avait été interrompu l’an passé en raison des vacances, notamment, et en raison de la campagne électorale, où on avait voulu que ce soit plutôt low profile, notre action, par rapport au projet, pour ne pas brouiller les cartes de la campagne, ensuite il y a eu le budget », a énuméré M. Normand lundi.

Il a profité de ce premier bilan sur l’avancement des travaux pour souligner « le sérieux et la rigueur » qui a entouré le processus, qui a commencé il y a près de 10 ans avec la mise sur pied du groupe de travail sur la mobilité durable.

5200 pages de documentation

Rémy Normand a ainsi voulu démontrer que l’évaluation des coûts du projet de réseau de transport structurant et le choix des moyens technologiques retenus étaient le résultat de travaux et d’analyses approfondis.

« Il y a plus de 5200 pages de documentation qui appuient ce processus-là. Ce n’est pas rien. Il y en a eu, des études, il y a eu des travaux, il y a eu des estimations de coûts qui ont été faites », a soutenu le président du RTC.

Il a notamment mentionné que les éléments contenus dans ces études et ces analyses, que ce soit celles portant sur le premier projet de tramway, le service rapide par bus ou le RSTC, avaient tous fait l’objet d’une évaluation de coûts.

M. Normand a cité en exemple les coûts liés à l’électrification des trambus, à l’aménagement des stations souterraines, aux honoraires professionnels et aux infrastructures municipales de surface.

Au moment de l’étude du tramway, on avait déjà des postes budgétaires spécifiques pour chacun de ces items-là et ces coûts-là sont actualisés.

Rémy Normand, président du RTC

Nominations

Rémy Normand a par ailleurs annoncé la nomination de deux nouveaux membres au comité directeur du RSTC : Denis Andlauer et Serge Bisson.

M. Andlauer est directeur des opérations de CDPQ Infra, tandis que M. Bisson a déjà occupé les fonctions de vice-président aux projets spéciaux pour la région des Amériques chez Bombardier.

Le président du RTC a également annoncé le dépôt d’un avis de projet auprès du ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Cette étape officialise le début de la procédure d’évaluation et d’examen des impacts sur l’environnement pour la construction de la portion tramway du RSTC.

Québec

Politique municipale