•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La série M’entends-tu? renouvelée pour une deuxième saison

Les trois femmes chantent dans le métro.

Mélissa Bédard, Ève Landry et Florence Longpré dans une scène de la série M'entends-tu?

Photo : Karine Dufour

Radio-Canada

Guy A. Lepage réservait une belle surprise aux trois comédiennes de M'entends-tu? lors de leur entrevue à Tout le monde en parle. La série est renouvelée pour une deuxième saison par Télé-Québec, seulement quelques jours après le début de la diffusion de la première saison.

Florence Longpré, l’auteure de la série et l’une des trois comédiennes, n’a pu retenir un cri de joie à cette annonce.

Ah le salaud, car je lui ai demandé quoi dire et il ne me l’a pas dit. Merci! a dit la jeune femme en levant son verre de vin.

Florence Longpré, ainsi que les deux autres comédiennes, Mélissa Bédard et Ève Landry, étaient à Tout le monde en parle dimanche soir pour parler du succès inattendu de la série lors d’une première diffusion sur le site de Télé-Québec. La série est diffusée le mercredi soir à 22 h.

Deux femmes entourent la troisième et la touchent lors de l'émission.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Mélissa Bédard, Florence Longpré et Ève Landry

Photo : Radio-Canada / Karine Dufour

« La qualité du jeu et la finesse des textes sont remarquables, et la réception du public pour la première saison a été formidable. Si vous aimez l’audace de cette première saison, attendez de voir la deuxième », souligne par voie de communiqué Denis Dubois, directeur général de la programmation de Télé-Québec.

Il s’agit de la première expérience d’actrice de Mélissa Bédard, qui a participé à Star académie en 2012 et qui sortira son quatrième album au printemps. Elle s’est même excusée lors de son audition, alors que c'est la production qui avait demandé à la voir.

Ève Landry, qui a participé aux sept saisons d’Unité 9, dont les derniers épisodes sont diffusés cet hiver, était heureuse de participer à cette nouvelle série. Pour moi, ça a été une grosse aventure. J’ai été reconnue grâce à ce rôle [de Jeanne Biron]. J’ai été choyée et privilégiée par l’auteure qui m’a donné chaque année des scènes plus remarquables à jouer. Le deuil se fait tranquillement, dit-elle.

Dépeindre un milieu pauvre

La série traite de résilience, d’amitié, de relations familiales difficiles, de violence, d’entraide, de pauvreté. La pauvreté au sens propre, mais aussi la pauvreté émotive, intellectuelle et sociale. Évoluant dans un quartier défavorisé, les personnages d’Ada (Florence Longpré), de Carolanne (Ève Landry) et de Fabiola (Mélissa Bédard) sont authentiques.

Florence Longpré explique que l’action de la série se passe dans un milieu extrêmement pauvre parce qu'elle avait envie de voir autre chose à la télévision.

Quand j’étais jeune, j’aurais aimé voir ça à la télé, voir que chaque vie est importante, que tu peux venir d’ailleurs et te rendre ailleurs aussi.

Florence Longpré

L’auteure a également insisté pour que le langage soit cru, afin qu’il soit semblable à la réalité du milieu qui est dépeint. Ça vient avec, c’est un bagage. Et il y a quelque chose que je ne trouve pas laid. [...] “Donne-moi le pain tabarnak”, tu ne peux pas le dire autrement, plaide Florence Longpré.

"J’vais te la mettre dans le péteux", c’est "j’vais de la mettre dans le péteux". C’est ça que tu voulais dire. Tu ne peux pas le dire autrement. Ben, tu peux, mais ça ne serait pas Ada.

Ève Landry

Si Florence Longpré ne vient pas d’un milieu pauvre, elle a travaillé comme préposé aux bénéficiaires et dans un camp de vacances qui accueillait des jeunes défavorisés. Il y avait des jeunes qui arrivaient avec des poches, et leurs bagages étaient des sacs de vidanges. Ces jeunes, parfois, n’avaient jamais vu la forêt de leur vie. C’est marquant quand même. Ça m’a marquée, et c’est peut-être pour ça que M’entends-tu? a vu le jour.

Anick Lemay appuie la pétition sur la vitamine C contre les effets secondaires de la chimiothérapie

Anick Lemay, qui a appris au début de l’année 2018 qu’elle avait plusieurs cancers du sein, a donné sa première entrevue à Tout le monde en parle.

Si la comédienne avait pris la plume pour parler de son quotidien avec le cancer sur le site d’Urbania, elle n’avait jamais accordé d’entrevue. Elle a annoncé que ses chroniques allaient être regroupées dans un livre qui sera bientôt publié. Pour chaque livre vendu, 1 $ sera remis à la Fondation québécoise du cancer.

La femme vêtue de rouge sourit.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Anick Lemay à Tout le monde en parle

Photo : Radio-Canada / Karine Dufour

Elle a profité de sa tribune pour appuyer la pétition de Nathalie Prud’homme sur le site de l’Assemblée nationale pour le traitement par perfusion de vitamine C au Québec.

Anick Lemay a expliqué que la vitamine C permettait de mieux faire face à la chimiothérapie.

La seule chose qui l’aide à passer à travers les chimiothérapies qui font très mal à son corps, c’est l’injection de vitamine C à forte dose.

Anick Lemay

La pétition a été lancée l’an dernier. Anick Lemay a profité de la présence de la ministre de la Justice, Sonia Lebel, assise à ces côtés, pour lui rappeler l’importance de ce dossier.

Séries télé

Arts