•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Doug Ford affirme que la taxe sur le carbone plongera le Canada en récession

Un homme derrière un podium en train de prononcer un discours.

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, s'adresse à l'Economic Club of Canada le lundi 21 février. LA PRESSE CANADIENNE/Nathan Denette

Photo : The Canadian Press / Nathan Denette

Radio-Canada

La tarification sur le carbone imposée par le gouvernement fédéral risque de provoquer une récession, selon le premier ministre Doug Ford.

Doug Ford a tenu ces propos lors d'une allocution prononcée à l'Economic Club of Canada, qui réunit des gens d'affaires de Toronto.

Je suis ici pour tirer la sonnette d'alarme. Le risque d'une récession de la taxe carbone est bien réel.

Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

Le premier ministre a déclaré qu'il y avait déjà des signes avant-coureurs de difficultés économiques, sans préciser lesquels.

M. Ford a de nouveau appelé le gouvernement Trudeau à renoncer à son projet de taxe sur le carbone et a promis de lutter contre cette politique. Il dit qu'il est prêt à affronter le fédéral dans ce dossier « avec tous les moyens mis à [sa] disposition ».

Doug Ford a déclaré que l'Ontario n'avait pas besoin d'une taxe sur le carbone pour l'aider à atteindre ses objectifs en matière d'émissions, soulignant le nouveau plan de son gouvernement sur le changement climatique présenté à la fin de l'année dernière.

L'automne passé, le gouvernement fédéral avait déclaré qu'au moins 7 Canadiens sur 10 recevraient plus d'argent qu'ils n'en paieraient à cause de la tarification sur le carbone, grâce à des programmes et au remboursement de l'impôt prévu pour les résidents des quatre provinces touchées.

Le ministre de l'Environnement de l'Ontario, Rod Phillips, a défendu l'usage du terme « récession » : « Il est tout à fait approprié d'évoquer les risques associés à [la taxe carbone] », a-t-il déclaré.

Une récession est communément définie comme étant un déclin des activités économiques d'un pays sur une période de six mois consécutifs.

Le chef du Parti vert, Mike Schreiner, accuse le premier ministre d'induire les Ontariens en erreur avec ses propos.

« Même si je n'étais pas un partisan du programme du marché du carbone des libéraux, l'Ontario affichait son plus bas taux de chômage en 18 ans avec une tarification sur la pollution en place », a-t-il affirmé.

Le gouvernement progressiste-conservateur a mis fin à la participation de la province au marché du carbone avec le Québec et la Californie après son élection le printemps dernier.

Avec les informations de La Presse canadienne

Environnement

Politique