•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Scheer prêt à accorder plus d'autonomie au Québec en immigration

Andrew Scheer, en conférence de presse. « À l'écoute des Québécois », peut-on lire sur une pancarte installée à ses côtés.
Le chef du Parti conservateur, Andrew Scheer, en conférence de presse au Musée Pointe-à-Callière, lundi à Montréal. Les propositions du parti pour le Québec ont été développés grâce à des consultations menées au Québec depuis avril 2018, a-t-il dit. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

À quelques mois de la prochaine campagne électorale fédérale, le chef conservateur Andrew Scheer assure que le programme de son parti répondra « aux aspirations et aux besoins spécifiques » des Québécois, notamment en accordant « plus d'autonomie » à la province en matière d'immigration.

« Comme premier ministre, je serai ouvert à des aménagements permettant une plus grande autonomie au Québec dans le choix des immigrants admis sur son territoire », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse organisée au Musée de la Pointe-à-Callières, à Montréal.

Le chef conservateur n’a pas donné plus de détails sur ce qu'il entend proposer.

Il n’a pas spécifiquement dit s’il appuyait l’objectif de réduction temporaire de 20 % des immigrants admis au Québec que prône le gouvernement Legault, comme il avait déjà refusé de le faire cet automne, ni s’il est disposé à laisser Québec gérer le programme de réunification familiale à la place d'Ottawa.

S’il y a une bonne approche entre deux paliers de gouvernement, entre les premiers ministres du Canada et du Québec, il n’est pas nécessaire qu’une partie dicte ses volontés à l’autre.

Andrew Scheer, chef du Parti conservateur, interrogé sur la volonté du Québec de gérer le programme d'unification familiale

Il a déclaré que les cibles d’immigration du Canada doivent être basées sur les besoins économiques et démographiques du pays, et qu’Ottawa peut jouer un rôle pour s’assurer que les immigrants s’intègrent bien, adoptent les valeurs canadiennes, apprennent l’une des deux langues officielles et sachent que la société canadienne tient à l’égalité et à la tolérance.

Entrevue avec Andrew Scheer, chef du Parti conservateur du Canada

Oui à une déclaration d'impôts unique

Évoquant la pénurie de main-d’œuvre qui sévit au Québec, M. Scheer a aussi fait savoir qu’un futur gouvernement conservateur adopterait des mesures pour faciliter le retour des retraités sur le marché du travail.

Il n’a pas donné non plus de détails sur les mesures qu’il mettrait en œuvre pour y parvenir.

Le chef conservateur a aussi répété qu’un gouvernement qu’il serait appelé à diriger permettrait au Québec de gérer une déclaration d’impôts unique, comme le demande le premier ministre Legault, fort de l'appui unanime de l'Assemblée nationale du Québec.

Il y a un précédent avec la TPS. Le gouvernement du Québec ramasse l’argent pour la TPS. [...] Basé sur le précédent de la TPS, je suis d’accord, avec le principe que le gouvernement du Québec peut gérer un seul rapport unique pour les impôts.

Andrew Scheer, chef du Parti conservateur

Andrew Scheer a dit ne pas craindre des pertes d’emplois parmi les employés du fisc canadien au Québec, comme l’ont soutenu des ministres du gouvernement Trudeau la semaine dernière.

Selon lui, ces milliers d'employés pourraient être utilisés de manière « plus efficace », notamment pour lutter contre l'évasion fiscale.

Pour moi, ce n’est pas une question d’élimination d’emplois [...]. On a besoin des fonctionnaires pour s'assurer que les lois fédérales sont suivies au Québec et partout au Canada. Et aussi, on peut utiliser d’une manière plus efficace les gens qui travaillent pour le gouvernement fédéral.

Andrew Scheer, chef du Parti conservateur

Le Nouveau Parti démocratique est également en faveur de cette idée.

La fin des eaux usées déversées dans le fleuve

Andrew Scheer s’est aussi engagé à lutter contre les déversements d’eaux usées dans les cours d’eau de la province. Au cours des dernières années, les villes de Montréal, de Québec et de Longueuil ont notamment déversé des centaines de millions de litres d'eaux usées dans le fleuve en raison de travaux sur des conduites.

Le chef conservateur s'est enfin engagé à ce qu’un ministre québécois dirige l’agence de développement économique du gouvernement fédéral pour la province. Cette agence est actuellement dirigée par le ministre ontarien Navdeep Bains, a-t-il noté.

Il a aussi réitéré que son parti est en faveur de projets qui permettraient à l’Alberta d’exporter plus de pétrole extrait des sables bitumineux, en faisant valoir que les Québécois n’aiment pas l’idée que l’essence qu’ils utilisent dans leurs véhicules soit importée de pays étrangers.

Ces projets énergétiques peuvent peut se faire en tenant compte des « inquiétudes légitimes » du gouvernement du Québec, a-t-il plaidé.

Politique