•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

29 homicides en 6 ans dans des foyers de soins de longue durée en Ontario

Une personne âgée sur un lit d'hôpital.

Une personne âgée sur un lit d'hôpital.

Photo : iStock / iStockphoto

Radio-Canada

Un groupe de défense des soins de santé de l'Ontario soutient qu'il y a eu au moins 29 homicides dans des foyers de soins de longue durée en Ontario au cours des six dernières années.

L'Ontario Health Coalition affirme que les chiffres proviennent du bureau du coroner. Natalie Mehra, directrice de la coalition, a déclaré que ces décès sont les symptômes d'un continuum de violence qui s'intensifie dans les foyers de soins de longue durée.

Mme Mehra, en conférence de presse à Queen’s Park lundi, a utilisé comme exemple un résident atteint de démence qui pourrait devenir agressif envers un patient plus frêle et le tuer. Bien qu'il n'y ait aucune intention criminelle, c'est une tragédie pour toutes les personnes impliquées, a-t-elle décrit.

Le sous-financement des foyers de soins de longue durée est directement en cause, selon elle. Mme Mehra ajoute que le nombre d’homicides par personne dans la province est « sept ou huit fois plus élevé que dans une ville normale en Ontario ».

La coalition a publié aujourd'hui un rapport appelant le gouvernement à mettre en place une norme minimale de soins garantissant au moins quatre heures de soins infirmiers et un soutien personnel à chaque résident.

De plus, les offres de soins en psychogériatrie sont « loin des besoins internationalement reconnus » dans la province, selon Mme Mehra.

Le bureau de la ministre de la Santé, Christine Elliott, a refusé la demande d'entrevue de Radio-Canada et n'a pas répondu à nos questions spécifiques.

Dans une déclaration écrite, son attachée de presse précise que « les Ontariens dans les foyers de soins de longue durée méritent d'avoir un environnement sécuritaire ». « Le personnel soignant, poursuit-elle, est formé en santé mentale et en gestion de comportement. Le ministère enquête immédiatement sur tout cas de violence envers un résident. »

Avec les informations de La Presse canadienne

Toronto

Politique provinciale