•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après Chic Gamine, le projet solo d'Annick Brémault

Annick Brémault avec un regard pensif.

L'auteure-compositrice-interprète du Manitoba Annick Brémault se lance dans un nouveau projet solo sous le nom d'Aloysius Bell.

Photo :  Francesca Chudnoff

Radio-Canada

La musicienne Annick Brémault, ancienne membre des formations Chic Gamine et Madrigaïa, enregistre de nouveaux morceaux de musique, mais cette fois comme artiste solo sous le nom Aloysius Bell. Établie à Montréal depuis plus d'une dizaine d'années, elle n'a pas laissé tomber sa passion pour la musique.

Après avoir joué avec de nombreux groupes à Montréal et depuis l’arrêt de Chic Gamine, Annick Brémault n’a pas fermé la porte à sa carrière musicale.

« Depuis la fin de Chic Gamine, j’ai pris une petite pause, mais j’ai continué à jouer avec des gens ici à Montréal, plus dans un rôle de soutien », explique l’artiste.

Elle s’est également lancée dans l’enseignement en faisant de la formation. Mais l’envie de créer était toujours présente et elle avoue vouloir un peu de changement dans sa carrière.

Depuis le début de l’année, Annick Brémault promeut donc son nouveau disque solo sur les réseaux sociaux sous le nom d’Aloysius Bell.

« Ce n’est pas un alter ego, mais plutôt un nom de plume », précise-t-elle.

L’artiste souhaite aller à son rythme, quitte à prendre à contre-courant les modèles économiques de l’industrie du disque.

« Je vais lancer mes chansons pour le moment sous forme de singles, pour commencer. Je vais sûrement finir par faire un album, parce que c’est ce que l’industrie demande », reconnaît-elle.

Annick Brémault explique vouloir sortir ses chansons une à une pour « voir comment elles se portent ».

Ainsi, elle précise qu’il s’agit d’une stratégie bien pensée. « Je veux voir vers quoi les gens s’orientent. Ce n’est pas que j’ai envie de faire ce que les gens veulent, mais j’ai hâte de construire une sorte de base autour de moi », précise-t-elle.

L’artiste avoue avoir une certaine nostalgie du Manitoba, notamment parce que certains membres du groupe Madrigaïa se réunissent pour un concert prochainement, au Festival du Voyageur.

« Je ne pourrai malheureusement pas y être. Je suis triste. J’ai tellement de bons souvenirs du Festival avec mes parents qui y étaient impliqués », se souvient-elle.

Elle avoue également se languir parfois des plaines et du ciel des Prairies.

Manitoba

Musique