•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La sexologue Manon Bergeron désignée scientifique de l’année de Radio-Canada

Manon Bergeron

Photo : Radio-Canada / Jean-François Michaud

Alain Labelle
Mis à jour le 

La professeure Manon Bergeron du Département de sexologie de l'UQAM est nommée Scientifique de l'année de Radio-Canada 2018 pour ses travaux qui ont permis de dresser un portrait des violences sexuelles se déroulant en contexte universitaire au Québec.

Le phénomène des violences sexuelles et l'émergence du mouvement #MeToo (#MoiAussi, #balancetonporc) étaient au centre de l'univers médiatique lorsque la chercheuse Manon Bergeron a lancé (avec 11 collègues) la recherche intitulée Enquête sexualité, sécurité et interactions en milieu universitaire : ce qu'en disent étudiant.es, enseignant.es et employé.es (ESSIMU).

Il n’y avait aucune donnée québécoise qui pouvait révéler l'ampleur de la problématique.

Manon Bergeron, professeure au Département de sexologie de l'UQAM

Les conclusions de cette enquête menée auprès de 9284 personnes (dont 70 % d’étudiants) ont mis en lumière l’existence d’un important problème de violences sexuelles dans six universités québécoises.

Ces résultats ont d’ailleurs grandement inspiré la Loi visant à prévenir et à combattre les violences à caractère sexuel dans les établissements d’enseignement supérieur, entrée en vigueur au début de 2018, qui oblige les universités et les collèges à posséder une politique pour contrer ce type de violences.

Le jeudi 24 janvier à 15 h, la Pre Bergeron accorde une entrevue à Sophie-Andrée Blondin à l’UQAM (Hall du pavillon J.-A.-DeSève). Le public est invité à y assister. Cet entretien sera diffusué à l’émission Les années lumière, le dimanche 27 janvier 2018 entre 12 h et 14 h, sur ICI Radio-Canada Première. Sur ICI Radio-Canada Télé, l’émission Découverte propose un portrait de la scientifique, à 18 h 30.

Charles Tisseyre, animateur de Découverte, Manon Bergeron et Sophie-Andrée Blondin, animatrice de l'émission Les années lumière.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Charles Tisseyre, animateur de Découverte, Manon Bergeron, et Sophie-Andrée Blondin, animatrice de l'émission Les années lumière.

Photo : Radio-Canada

Des recommandations et une loi

L'enquête montrait que 36,9 % des répondants ont subi une forme de violence sexuelle depuis leur arrivée à l'université, et que 24,7 % en avaient été victimes au cours de la dernière année.

L’ESSIMU révélait aussi que 9 victimes sur 10 n'ont pas porté plainte contre leur agresseur auprès des autorités universitaires.

La publication de cette enquête avait été accompagnée d’une quinzaine de recommandations, notamment liées à la prévention des violences sexuelles qui doit être mieux planifiée et qui devrait reposer sur des stratégies et des ressources permanentes. Plusieurs de ces conseils sont inclus dans la nouvelle loi québécoise.

La scientifique de l'année veut maintenant vérifier si les mesures adoptées cette année dans les universités donneront des résultats positifs.

Le prix du Scientifique de l’année de Radio-Canada a été décerné pour la première fois en 1987.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Sciences humaines

Science