•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les maisons les plus abordables et les plus inabordables au monde sont au Canada

Une maison sur le bord de l'Atlantique, au Cap-Breton.

Au Cap-Breton, le prix médian des maisons est de 162 000 $ et le revenu médian de 75 700 $.

Photo : iStock

Thomas Gerbet

C'est au Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse, que l'accès à la propriété est le plus facile, selon une étude annuelle comparant divers marchés immobiliers de la planète. À l'inverse, Vancouver, qui est « extrêmement inabordable », est classée avant-dernière dans le monde.

Selon l'étude américaine Demographia International Housing Affordability, publiée lundi, le prix médian d'une maison représente deux fois le revenu médian des ménages au Cap-Breton. Un marché immobilier est considéré comme abordable quand il ne dépasse pas trois fois ce ratio.

De l'autre côté du pays, à Vancouver, il faut 12,6 fois le revenu annuel pour se payer une maison au prix médian.

À ne pas confondre avec le prix moyen, le prix médian signifie que la moitié des maisons coûtent plus cher et l'autre moitié coûte moins cher.

L'étude compare 309 marchés immobiliers du Canada, des États-Unis, du Royaume-Uni, de l'Australie, de la Nouvelle-Zélande, de l'Irlande, de Hong Kong et de Singapour. Les données sont celles du quatrième trimestre 2018.

Le Canada compte 17 villes au marché immobilier « extrêmement inabordable », c'est-à-dire que le prix médian des maisons y représente plus de cinq fois le revenu médian des ménages. De plus, 5 villes sont « très inabordables » (ratio entre 4,1 et 5), 16 sont « modérément inabordables » (ratio de 3,1 à 4) et 12 sont « abordables » (3 et moins).

Le Cap-Breton (2,1) est le marché le plus abordable de tous les pays étudiés. On retrouve également parmi les villes offrant les maisons les plus accessibles selon le revenu, Fort McMurray (2,2), Moncton (2,3) et Fredericton (2,4).

À Montréal, un ménage a besoin de 4,6 fois son revenu médian pour s'offrir une maison, ce qui place la métropole québécoise dans les marchés « très inabordables ». En 2004, Montréal était à la limite de l'abordable (3.1).

Vancouver 2e parmi les plus inabordables, Toronto 16e

Des tours d'habitation à Vancouver.

Des tours d'habitation à Vancouver

Photo : Radio-Canada / Christer Waara

Cette année, Vancouver (12,6) dépasse Sydney (11,7), en Australie dans le marché des villes inabordables de la planète. Hong Kong occupe la tête de ce palmarès (20,9). La situation de Toronto se dégrade, elle aussi, puisque la métropole ontarienne (8,3) est aussi inabordable que Londres (8,3) et même moins abordable que New York (5,5).

Au Canada, le prix des maisons a fortement augmenté comparativement aux revenus.

Demographica International Housing Affordability Survey 2019.
Depuis une quinzaine d'années, le marché immobilier devient de plus en plus inabordable dans les principales villes canadiennes.

Depuis une quinzaine d'années, le marché immobilier devient de plus en plus inabordable dans les principales villes canadiennes.

Photo : Demographia International Housing Affordability Survey 2019

Les auteurs de l'étude mentionnent que « des organisations nationales et internationales ont exprimé des inquiétudes au sujet des conséquences que pourraient avoir ces augmentations de prix sur l’économie canadienne ».

Vancouver serait la quatrième « bulle immobilière » la plus à risque de la planète et Toronto, la troisième.

L’entrée en vigueur de la taxe de 15 % sur les achats étrangers à Vancouver et Toronto a modéré les prix, constatent les auteurs, mais seulement dans le marché des maisons les plus chères, alors que le prix des maisons moyennes a continué à grimper.

Le Canada par rapport aux autres pays

Il y a 30 ans, le Canada, pris dans son ensemble, était considéré comme abordable (3). Aujourd'hui, il est classé « modérément inabordable » (4).

Quand on se compare, la situation du Canada (4) n'est pas si mauvaise, puisque seuls les États-Unis (3,5) et l'Irlande (3,7) sont plus abordables. À l'inverse, l'Australie (5,7), la Nouvelle-Zélande (6,5) et Hong Kong (20,9) sont les pays les plus inabordables.

Les auteurs de l'étude constatent que les Canadiens, qui ont toujours préféré les maisons détachées, se tournent de plus en plus vers les maisons en rangées, les maisons jumelées et les condominiums.

Économie