•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pesticides dans du cannabis : le recours collectif contre Organigram est accepté

L'usine de production de marijuana à Moncton, au Nouveau-Brunswick.
L'usine de production de marijuana à Moncton, au Nouveau-Brunswick Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Un recours collectif visant le producteur de cannabis de Moncton Organigram va de l'avant. L'action en justice a été déposée au nom de clients qui disent être tombés malades après avoir consommé le cannabis médicinal de l'entreprise.

La Cour suprême de la Nouvelle-Écosse a accepté vendredi de certifier le recours collectif, déposé en mars 2017 par la firme d'avocats Wagners, d'Halifax.

Les allégations des plaignants sont liées à deux rappels à grande échelle de cannabis médicinal survenus fin 2016, début 2017.

Des pesticides interdits, le myclobutanil et le bifénazate, avaient alors été détectés dans certains produits d'Organigram. L'entreprise avait perdu sa certification biologique et lancé un rappel volontaire de presque tous ses produits. Elle a depuis récupéré sa certification.

La poursuite soutient que des produits de l'entreprise ont rendu des clients malades. Les pesticides interdits produisent, lorsqu'ils brûlent, du cyanure d’hydrogène, qui peut causer des maux de tête, des étourdissements, de la nausée et des vomissements.

Les plaignants exigent notamment que soit remboursé l'argent qu'ils ont dépensé pour se procurer ces produits.

Organigram entend se défendre « vigoureusement »

Organigram précise, dans un communiqué, que la décision de certifier le recours collectif ne signifie pas qu'elle est coupable. Cela permet simplement à la poursuite de continuer son cheminement dans le système de justice, dit-elle.

Elle affirme réviser la décision avant de choisir d'interjeter appel ou non. Elle affirme avoir l'intention de se « défendre vigoureusement » contre les allégations contenues dans la poursuite.

Organigram affirme avoir déjà remboursé les clients qui ont acheté de la marijuana médicinale en 2016, par le truchement d'un programme de remise et de crédit.

Nouveau-Brunswick

Procès et poursuites