•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C'est parti pour les cliniques médicales d'hiver

Un médecin est assis à son bureau et discute avec une patiente.

Les premières cliniques d'hiver ont ouvert leurs portes à Québec.

Photo : iStock

Jean-François Nadeau

Les deux premières cliniques d'hiver de la région ont ouvert leurs portes lundi matin à Québec.

Les médecins de la Cité médicale Sainte-Foy et de MaClinique Lebourgneuf ont ajusté leurs horaires pour offrir davantage de consultations à l'intérieur des heures d'ouverture habituelles des cliniques médicales.

« On espère augmenter la donne au fur et à mesure que le temps va passer et que les médecins vont avoir le temps d'ajuster leur horaire. Pour l'instant, on parle de 20-24 heures de consultation supplémentaires par semaine », explique le responsable médical de la clinique La Cité médicale Sainte-Foy, le Dr Michel Lafrenière.

Les cliniques d'hiver s'adressent principalement aux patients qui n'ont pas de médecin de famille et qui présentent des symptômes de grippe, de gastro-entérite ou d’autres infections hivernales.

Elles ont été créées à la demande de la ministre de la Santé, Danielle McCann, pour contribuer à réduire l'achalandage dans les urgences.

Les patients de la clinique d'hiver de la Cité médicale Sainte-Foy doivent prendre rendez-vous pour obtenir une consultation.

« Comme c'est la première année et qu'on ne savait pas à quoi s'attendre comme achalandage, pour éviter que des gens se déplacent pour rien et consultent aux mauvaises périodes, on demande aux gens de s'inscrire par le RVSQ. C'est le réseau gouvernemental de prise de rendez-vous par Internet », souligne Michel Lafrenière.

Responsabilité de l'ensemble des médecins

Les cliniques d'hiver rappellent aussi qu'elles ne devraient pas être les seules à ajouter des plages de consultation durant la période la plus achalandée de l'année.

« On s'attend à ce que l'ensemble des médecins de la région de Québec puissent ajuster leur horaire pour leur propre clientèle. Il n'y a pas juste les patients qui n'ont pas de médecin qui consultent dans les cliniques d'hiver », affirme Michel Lafrenière.

Santé