•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un grand nombre de gens dans le besoin utilisent la halte-chaleur de Hull

Michel Kasongo , directeur général de la Soupe populaire de Hull en entrevue dans le studio aux matins d'Ici
Michel Kasongo,directeur général de la Soupe populaire de Hull Photo: Radio-Canada / Nathalie Bastien
Radio-Canada

Il y a un mois jour pour jour, une halte-chaleur était aménagée dans les locaux de la Soupe populaire de Hull. Cette solution temporaire a été mise en place afin de s'assurer que les personnes sans abri sont en sécurité lors des nuits froides de l'hiver.

Alors que les températures glaciales sévissent depuis plusieurs jours, l'organisme qui gère la halte-chaleur pour les sans-abri dans le secteur de Hull offre des soupes, des cafés, un abri au chaud et une écoute attentive de 23 h à 7 h du matin.

En entrevue à l'émission Les matins d'ici, Michel Kasongo, directeur général de la Soupe populaire de Hull, a dressé un bilan positif de cette initiative temporaire.

Il a été à même de constater que durant la nuit de dimanche, une quarantaine de personnes ont bénéficié du projet pilote.

D’habitude, nous recevons une vingtaine de personnes par nuit, mais ce week-end, à cause de la température, il y a eu une quarantaine de personnes, donc une bonne augmentation, a précisé M. Kasongo.

Il s'agit d'une mesure temporaire d'urgence mise sur pied pour pallier la hausse du nombre de personnes qui se présentent au Gîte Ami. Depuis cet été, le Gîte Ami, qui reçoit annuellement autour de 500 à 600 personnes dans le centre-ville de Hull, est plein à craquer, a ajouté le directeur général de la Soupe populaire de Hull.

Ce n’est pas parce que la halte-chaleur est ouverte que le Gîte Ami a eu moins de personnes, le besoin est là.

Michel Kasongo, directeur général de la Soupe populaire de Hull

Ce que j'apprécie dans notre initiative conjointe, c’est que la Ville de Gatineau est partenaire du projet, le CISSS de l’Outaouais, l'Office d'habitation de l'Outaouais, le Collectif régional de lutte à l'itinérance en Outaouais et plusieurs autres partenaires du milieu, et quand nous allons faire notre bilan le 31 mars 2019, nous allons avoir des éléments qui vont être utilisés pour essayer de trouver des solutions, a fait valoir M. Kasongo.

Ottawa-Gatineau

Pauvreté