•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Macron et Legault misent sur une « nouvelle impulsion » économique France-Québec

Le président Emmanuel Macron et sa conjointe Brigitte Macron accueillent le premier ministre François Legault et sa conjointe Isabelle Brais à L'Élysée. Photo: Reuters / Philippe Wojazer
Yannick Donahue

Le premier ministre du Québec François Legault et le président français Emmanuel Macron se sont entendus pour dynamiser les échanges commerciaux entre les deux partenaires économiques.

« On veut donner une nouvelle impulsion aux relations commerciales entre le Québec et la France », a déclaré François Legault au sortir d'une rencontre avec le président Macron au palais de l'Élysée.

Les deux politiciens comptent augmenter les exportations grâce à un meilleur maillage entre les communautés d’affaires de part et d’autre de l’Atlantique.

« On a mandaté nos ministres de l’Économie respectifs pour travailler de façon très concrète sur des rencontres, sur des organisations dans certaines industries en particulier, pour mettre en contact des entreprises qui pourraient devenir clientes d’autres entreprises dans l’autre État », a-t-il dit.

François Legault a dit que lui et Emmanuel Macron ont déjà identifié certaines entreprises qui seraient susceptibles d’être intéressées par leur projet, dont certaines inscrites en bourse.

Emmanuel est un homme affaires. On a eu beaucoup de plaisir. C’est un deal maker. Je suis un deal maker. Il va y avoir des résultats.

François Legault

Le premier ministre a déploré que les échanges économiques entre le Québec et la France soient demeurés stables ces dernières années.

« Quand on regarde la croissance des exportations du Québec vers la France au cours des dernières années, il n'y en a à peu près pas eu. Cela veut dire que les résultats n’ont pas été au rendez-vous. Moi, ce que je vous dis, c’est que je suis là pour quatre ans. Regardez bien les résultats, il va y avoir des augmentations importantes de nos exportations vers la France », a-t-il dit.

Diversifier sa clientèle

François Legault croit qu’il faut briser le réflexe naturel de se tourner vers le voisin au sud de la frontière pour faire des affaires.

« Quand on voit le protectionnisme aux États-Unis, quand on voit qu’on a tous nos œufs ou en tout cas beaucoup de nos œufs dans le panier américain, il y a une urgence d’agir pour augmenter nos exportations vers la France », a-t-il déclaré.

Il a insisté sur l’importance de diversifier les marchés d’exportation afin de trouver de nouveaux clients.

« On va suivre de proche ce qui se passe en Chine. Il y a tout un potentiel, mais on sait qu’actuellement c’est difficile. J’avais peut-être pensé aller en Chine, mais là je vais suivre la situation de près. Cela va dépendre de ce qui se passe », a-t-il indiqué.

En général, le premier ministre a semblé heureux de son entretien avec Emmanuel Macron, qu'il a qualifié de « productif ».

Plusieurs objectifs communs

Avant leur tête-à-tête officiel, ils ont fait une brève déclaration aux médias à la résidence du président, sans répondre à aucune question des journalistes.

François Legault a d'abord remercié son hôte pour cette visite tout en rappelant les liens historiques et culturels qui unissent la France et le Québec.

Il a remis au président français un drapeau du Québec, en ce jour marquant le 71e anniversaire de l'adoption du fleurdelisé comme emblème national du Québec.

François Legault et Emmanuel Macron tiennent un drapeau du Québec encadré en souriant à la caméra.François Legault a remis au président français Emmanuel Macron un drapeau du Québec à l'occasion de sa visite au palais de l'Élysée à Paris. Photo : Radio-Canada / Jean-François Bélanger

« On a beaucoup d’étudiants français qui viennent étudier au Québec, a dit François Legault à Emmanuel Macron. Je sais que vous souhaitez avoir plus de Québécois qui viennent étudier ici en France. Je pense qu’on a avantage à développer ces liens en éducation, en innovation, en culture et bien sûr en économie. »

Le premier ministre a aussi abordé la question de la défense de la langue française : « Je suis le seul chef d'État en Amérique du Nord à représenter une majorité francophone et donc j'ai une responsabilité de protéger et de promouvoir le français ».

Il a ajouté que le Québec avait besoin de la France pour mener à bien cette tâche.

De son côté, Emmanuel Macron a déclaré que le Québec et la France avaient des objectifs communs sur la scène internationale, dont la lutte contre les changements climatiques et le développement de l'intelligence artificielle.

Je suis extrêmement heureux monsieur le premier ministre François [Legault] de vous accueillir à Paris aujourd’hui en ce jour symbole non seulement pour consolider une histoire, mais dessiner véritablement des axes d’avenir entre nous.

Le président français Emmanuel Macron

Par la suite, M. Legault a rencontré le président du Sénat et le président de l’Assemblée nationale française.

Rencontre avec Édouard Philippe

Le premier ministre québécois François Legault serre la main de son homologue français, Édouard Philippe. Le premier ministre québécois François Legault serre la main de son homologue français, Édouard Philippe, lors de sa visite à l'Hôtel Matignon, à Paris. Photo : AFP/Getty Images / RAFAEL YAGHOBZADEH

François Legault, qui effectue en France sa première visite officielle à l’étranger en tant que premier ministre du Québec, a été reçu en début de journée par le premier ministre Édouard Philippe à l'Hôtel Matignon.

Il a été accueilli avec les honneurs militaires avec passage en revue de la Garde républicaine.

La rencontre, qui devait au départ durer trente minutes, aura duré près du double, rapporte notre correspondant à Paris Jean-François Bélanger.

Ils ont entre autres parlé de formation universitaire, d’investissements et d’échanges commerciaux.

Lors de leur entretien, François Legault a invité Édouard Philippe à venir au Québec en 2020 et ce dernier a accepté l'offre.

François Legault a profité de sa visite en France pour discuter avec des chefs d’entreprises comme L’Oréal, BNP Paribas ou encore Fleury Michon, un groupe agroalimentaire d’importance dans l’Hexagone.

Le premier ministre doit réunir mardi, lors d'un déjeuner-conférence dans la très symbolique Bourse de Paris, des centaines de chefs d'entreprise.

Selon Jean-François Bélanger, M. Legault aimerait que ces compagnies investissent davantage au Québec et y créent des emplois.

Présentement, les échanges commerciaux entre la France et le Québec se chiffrent à cinq milliards de dollars et M. Legault espère les doubler. Il souhaite réduire la dépendance du Québec à l’égard des États-Unis.

« Avec le protectionnisme américain qu’on voit actuellement, il y a une urgence de diversifier nos marchés », a déclaré dimanche François Legault, dans une entrevue accordée à TV5 Monde.

De Paris, le premier ministre doit ensuite rejoindre le Forum de Davos, en Suisse.

Europe

Politique