•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Caroline Néron déplore « l'acharnement » des médias à Tout le monde en parle

Radio-Canada

La femme d'affaires Caroline Néron s'est plainte de l'« acharnement » de certains journalistes à son égard sur le plateau de Tout le monde en parle, où elle se trouvait pour défendre sa gestion de son entreprise qui s'est placée à l'abri de ses créanciers.

Dans l’émission diffusée dimanche soir, elle a d’abord concédé que son entreprise spécialisée dans la vente de bijoux avait eu de la difficulté à s’adapter à son « expansion très rapide ».

« En 2014, je suis passée de 800 000 $ à 10 millions $ [de chiffre d’affaires], a-t-elle expliqué. Oui, il y a eu des erreurs au début. »

« Chaque entrepreneur a ses forces et ses faiblesses et, pour le reste, va aller s’entourer de gens qui ont de l’expertise », a-t-elle ajouté.

Elle s’est toutefois dite victime de « désinformation » au sujet de son entreprise. Alors qu’il a été rapporté dans un article de La Presse que l’entreprise avait de la difficulté à payer ses employés, elle affirme que c’est faux. « Quand ils disent que je ne paie pas des employés... c’est [des vacances accumulées]. Il n’y a jamais eu une paie qui a sauté chez nous. »

L’ancienne comédienne et chanteuse déplore l’« acharnement » de journalistes qui se basaient, en son sens, sur « des opinions et non des faits ».

Pourquoi j’ai à m’expliquer devant 3 millions de personnes, moi?

Caroline Néron

« Ça fait mal et ils ne me font pas juste mal à moi, ils touchent tout le monde, a-t-elle déploré. Ils touchent ma famille, ils touchent mes employés. »

Une présence critiquée parmi les dragons

L’ex-dragonne a aussi tenu à répondre à son ancien collègue d’antenne, François Lambert, qui la critiquait pour avoir donné des conseils à de jeunes entreprises alors que la sienne battait de l’aile.

« J’étais la mieux placée pour leur donner des commentaires et les encadrer. [...] On s’entend : à chacun sa force. Je ne suis pas allée parler de finances, mais par contre, du développement des affaires, du marketing et du produit, je peux t’en parler demain matin. »

L’animateur Guy A. Lepage a évoqué le sujet de la rupture de la femme d’affaires avec Réal Bouclin, le propriétaire de la chaîne de résidences pour personnes âgées Réseau Sélection, à qui elle devrait des sommes importantes.

« Oui, Réal m’a aidée, a-t-elle répondu. [...] Je trouve ça triste tout ce qui nous arrive, à sa famille et à la mienne, mais je pense que n’importe quel couple se serait aidé et ça a fini comme ça a fini. »

Malgré tout, Caroline Néron a toujours confiance que son entreprise se relèvera de ses difficultés. « Ça a été la pire année de ma vie, mais je sais que dans 2-3 ans, je vais me dire que j’aurai eu beaucoup de leçons. »

Célébrités

Arts