•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À Victoria, un groupe réclame des permis pour chats

Un chat tient un oiseau dans sa bouche
Un chat tient un oiseau Photo: Vishnevskiy Vasily/Shutterstock
Radio-Canada

L'association Victoria Natural History Society dévouée à la protection de la flore et de la faune souhaite que le Grand Victoria oblige les propriétaires de chats à obtenir un permis.

Elle en a fait la demande en envoyant une lettre à cet effet aux 13 municipalités de la région. L’association rappelle que les maîtres de chiens sont déjà dans l'obligation d'avoir un permis.

Selon une membre du groupe qui a cinq chats, Claudia Copley, ce permis permettrait à la fourrière de rapporter les chats errants à leurs propriétaires et réduirait la mort d’autres animaux comme les oiseaux qui sont une proie mangée par ces animaux domestiques.

Une étude sortie en 2013 a en effet estimé qu’environ 200 millions d’oiseaux sauvages meurent chaque année au Canada, notamment en raison de l’appétit vorace des chats.

Des villes comme Calgary et Guelph, en Ontario, ont mis en place avec succès des permis pour chats, affirme Mme Copley. Par conséquent, elles ont moins de chats morts ou blessés.

Selon Mme Copley, les chats qui sont laissés à l’abandon dans la nature risquent d’être heurtés par une voiture, mordus par un raton laveur ou risquent d’attraper des puces.

Elle propose que les propriétaires gardent leurs chats à la maison. Ils peuvent aussi construire un enclos dans leur cours s’ils veulent que leurs animaux passent du temps dehors.

Laisser son chat se promener librement dans la nature est illégal à Victoria, Oak Bay et Esquimalt, concède Claudia Copley, mais Victoria ne livre toujours pas de permis.

Colombie-Britannique et Yukon

Animaux de compagnie