•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ils passent la nuit sans électricité à environ -37 °C

une femme et un homme tenant un bébé
La maman Émilie Gaulin-Ringuette avait peur surtout pour son bébé d'un an. Photo: Radio-Canada / Jean-Marc Belzile
Jean-Marc Belzile

Les résidents du quartier Cadillac à Rouyn-Noranda ont passé la nuit de vendredi à samedi sans électricité. La coupure a été signalée vers 23 h vendredi. La température extérieure tournait alors autour de -37 °C, avec un indice de refroidissement éolien de -45.

Gilles Malenfant et son frère Gérald sont tous les deux non-voyants. Ils vivent seuls dans un immeuble à logements.

Ils ont passé la nuit éveillés, ne sachant pas vraiment ce qui se passait. Gilles Malenfant affirme avoir craint pour leur sécurité.

J'ai commencé par mettre 2 ou 3 gilets puis après ça, en dernier, j'étais rendu avec ma suit de skidoo. Ça prenait ça parce que les épaules shakaient. En dernier, je me suis dit " si ça descend encore, c'est clair et net qu'il faut que je me fasse évacuer d'ici ", raconte Gilles Malenfant.

Deux hommes portants des lunettesGilles Malenfant et son frère Gérald ont passé une nuit glaciale sans courant. Photo : Radio-Canada / Jean-Marc Belzile

Émilie Gaulin-Ringuette a aussi passé une bien mauvaise nuit. Elle s'inquiétait notamment pour son petit garçon d'un an.

Quand je me suis réveillée [le matin], la buée me sortait de la bouche, il faisait froid, mon plancher était gelé, il était temps qu'on bouge pour aller se réchauffer ailleurs.

Émilie Gaulin-Ringuette

J'ai habillé le petit, le char ne partait pas, on n'a pas d'Hydro, on peut pas brancher les autos non plus, j'ai donc couru jusque chez ma mère. Elle reste juste à 2 ou 3 maisons de chez nous. Une chance que j'avais des gens autour [qui avaient un poêle] , s'est réjoui la jeune mère.

Hydro-Québec renforce ses équipes d'intervention en temps de froid extrême

La conseillère aux relations avec le milieu pour Hydro-Québec, Josée Bouchard, assure qu'en temps froid, des équipes se déplacent rapidement et c'était le cas, vendredi dernier.

On met même des effectifs supplémentaires par moment où on sait que la température ne sera pas clémente, mais on ne peut pas prévoir le nombre de pannes, c'est vraiment imprévisible, dit-elle.

La panne d'électricité à Cadillac a été causée par un camion lourd qui a heurté un poteau d'Hydro-Québec à la suite d'un accident de la circulation.

Des résidents de Préissac en Abitibi étaient également privés de courant cette nuit-là.

Abitibi–Témiscamingue

Conditions météorologiques