•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un abattoir du Pontiac cherche des employés musulmans

Le logo de l'entreprise figure sur un édifice.
L'Abattoir les viandes du Pontiac est situé dans le secteur de Shawville, en Outaouais. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Un abattoir halal de Shawville, en Outaouais, tente depuis plusieurs semaines de recruter des employés de « confession musulmane » pour procéder à l'abattage et au dépeçage des bêtes. Sur Facebook, certains internautes reprochent toutefois à l'entreprise de faire de la discrimination en faisant de la religion des candidats un critère d'embauche.

Il y a environ un mois, les responsables de l'Abattoir les viandes du Pontiac ont publié une offre d'emploi sur Kijiji afin de pourvoir quatre postes de saigneurs et bouchers à temps plein. Le salaire offert est de 15 à 16 $ l'heure.

L'annonce précise que les candidats doivent avoir une bonne condition physique, être de confession musulmane, en plus, idéalement, de parler français, anglais et arabe.

Sur l'annonce, on peut lire que les candidats doivent « être de confession musulmane » et idéalement parler « français, anglais et arabe ».L'entreprise Abattoir les viandes du Pontiac a publié une annonce sur le site Kijiji pour recruter des employés musulmans. Photo : Kijiji

Un internaute de la région a récemment relayé cette offre d'emploi sur Facebook. Au moment d'écrire ces lignes, sa publication avait généré plus de 140 commentaires, la plupart négatifs. Bon nombre d'internautes affirment que l'entreprise fait de la discrimination.

L'agronome et président de l'Abattoir les viandes du Pontiac, Sofiane El Ketroussi, a indiqué à Radio-Canada avoir reçu un seul appel à propos de son offre d'emploi. Il a dit avoir expliqué les raisons à son interlocuteur, notamment que l'abattage halal doit être fait par des musulmans.

M. El Ketroussi a précisé que le processus d'abattage est tout à fait identique aux lois et règlements qui sont demandés par le [ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec], les lois et règlements au provincial et au fédéral, en plus d'être conforme à certains principes religieux. Par exemple, l'animal doit être dirigé vers La Mecque et le saigneur doit faire une prière.

Il a affirmé être ouvert à expliquer la nécessité d'employer des saigneurs musulmans à quiconque aurait besoin de plus d'informations. Pour le moment, l'Abattoir les viandes du Pontiac n'a encore reçu aucun curriculum vitae pour les postes affichés.

Sofiane El Ketroussi est en entrevue à l'extérieur, devant son entreprise.Sofiane El Ketroussi est agronome et président de l'entreprise Abattoir les viandes du Pontiac. Photo : Radio-Canada

La Charte prévoit des exceptions

La coordonnatrice aux communications de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse a rappelé que les articles 10 et 16 de la Charte des droits et libertés de la personne du Québec stipulent que nul ne peut se voir refuser un emploi en raison de sa religion.

Sans se prononcer directement sur l'offre d'emploi de l'abattoir, Meissoon Azzaria a toutefois précisé que l'article 20 de la Charte prévoit des exceptions si l'employeur démontre que cette aptitude ou qualité a un lien rationnel avec l'exécution des tâches de l'emploi.

Dans ce cas-ci, on a besoin d'un musulman, a-t-elle illustré, en faisant référence aux normes de production de la viande halal.

Un marché en pleine expansion

Selon M. El Ketroussi, il y a une demande qui est grandissante au niveau du marché halal. Il a affirmé que l'immigration des 20 dernières années y est pour beaucoup.

Le professeur en distribution et politiques agroalimentaires Sylvain Charlebois, de l'Université Dalhousie, ne voit rien de surprenant dans cette demande de la communauté immigrante.

C'est une jeune population. L'influence économique de ce groupe-là est considérable, a-t-il expliqué sur les ondes de Radio-Canada.

On parle de plus d'un milliard de dollars [au Canada].

Sylvain Charlebois, professeur en distribution et politiques agroalimentaires à l'Université Dalhousie

La production « désindustrialisée » et les normes supplémentaires qui caractérisent la viande halal limitent les risques de contamination, selon M. Charlebois. Il a fait valoir que cela pourrait aussi plaire aux consommateurs canadiens non musulmans.

Choisir le Pontiac

M. El Ketroussi a choisi de construire son abattoir dans une région qui avait besoin de créateurs d'emplois, a-t-il dit. Son entreprise a d'ailleurs reçu un coup de pouce financier de Québec.

Pour le moment, 11 résidents de la région y travaillent, dont un boucher de confession musulmane. L'agronome compte augmenter ses effectifs au cours de la prochaine année.

Nous allons créer une vingtaine d'emplois d'ici à l'horizon de 2020 et dans ces 20 emplois, il y aura peut-être 5 musulmans.

Sofiane El Ketroussi, président de l'Abattoir les viandes du Pontiac

M. El Ketroussi a voulu se faire rassurant et a souligné que le permis qu'il a obtenu fait en sorte qu'un vétérinaire et un inspecteur sont sur place à temps plein.

Avec les informations de Vanessa Costa et Camille Boutin

Ottawa-Gatineau

Croyances et religions