•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un magasin de cannabis pourrait-il ouvrir près de chez vous?

Pot de cannabis versé sur une table en bois

Cannabis

Photo : iStock

Radio-Canada

EN CARTE - Voyez quelles municipalités ontariennes de plus de 50 000 habitants accepteraient d'accueillir les premiers magasins de cannabis en Ontario.

Seules les municipalités de plus de 50 000 habitants pourraient accueillir l'un des 25 premiers magasins qui doivent ouvrir le 1er avril.

Sur la carte ci-dessous, sont indiquées les municipalités de plus de 50 000 habitants qui ont accepté la présence de magasins de cannabis sur leur territoire.

Les conseils municipaux de 33 des 42 municipalités de plus de 50 000 habitants en Ontario se sont prononcées pour la légalisation.

Caroline Andrew, professeure en science politique à l'Université d'Ottawa, croit que l'incertitude concernant l'emplacement des magasins explique les réticences de certaines villes.

Distribution des licences d’exploitation pour vente au détail de cannabis

Région du Nord (qui regroupe les villes de Nipissing, Parry Sound, Sudbury, Grand Sudbury, Timiskaming, Cochrane, Algoma, Thunder Bay, Rainy River, Kenora) : 2 magasins

Région de l’Ouest (qui regroupe les villes de Dufferin-Wellington, Hamilton, Niagara, Haldimand-Norfolk, Brant, Waterloo, Perth, Oxford, Elgin, Chatham-Kent, Essex, Lambton, Middlesex, Huron, Bruce, Grey, Manitoulin) : 7 magasins

Région de l’Est (qui regroupe les villes de Stormont, Dundas et Glengarry, Prescott et Russell, Ottawa, Leeds et Grenville, Lanark, Frontenac, Lennox et Addington, Hastings, Prince Edward, Northumberland, Peterborough, Kawartha Lakes, Simcoe, Muskoka, Haliburton, Renfrew) : 5 magasins

Région du Grand Toronto (qui regroupe les villes de Durham, York, Peel et Halton) : 6 magasins

Région de Toronto : 5 magasins

*Source : Commission des alcools et des jeux de l’Ontario

Mme Andrew croit également que la rapidité à laquelle la légalisation du cannabis s'est finalisée a laissé peu de temps aux municipalités pour s'organiser.

Les municipalités sont les gestionnaires de la vie quotidienne des citoyens.

Caroline Andrew, professeure à l'Université d'Ottawa

En une journée, une réunion du conseil, de dire oui ou non, ça peut être considéré extrêmement risqué, ajoute-t-elle.

Consommation

Société