•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des idées pour contrer la pénurie de préposés aux bénéficiaires

Une personne s'apprête à désinfecter une chambre
Les préposés aux bénéficiaires se font rares partout au Québec Photo: Radio-Canada / Martin Thibault
Radio-Canada

Comme partout ailleurs au Québec, le manque de préposées aux bénéficiaires est criant en Gaspésie. Tandis que des efforts sont déployés pour que les futurs préposés aux bénéficiaires puissent apprendre en milieu de travail, le réseau local de santé et le syndicat, eux, souhaitent revaloriser la profession.

Cette semaine, un nouveau groupe d’étudiants entamera un programme de 870 heures au centre de formation professionnelle L’Envol de la Commission scolaire René-Lévesque (CSRN) pour devenir préposés aux bénéficiaires.

Les diplômés, très attendus, pourront travailler en établissement et à domicile.

Bien avant leur diplôme, les étudiants seront amenés, grâce à une formule travail-études, à se familiariser avec leur futur emploi.

Dès l’été prochain, ils obtiendront un emploi en centre hospitalier. Ils complèteront leur formation en septembre à raison de trois jours par semaine en classe, jusqu’en janvier 2020.

Une femme attend avec un fauteuil roulant, alors qu'une autre aide une patiente fictive à se lever de son lit.De futures préposées aux bénéficiaires en apprentissage dans un centre de formation professionnelle Photo : Radio-Canada

La directrice du centre de formation professionnelle L'Envol, Jocelyne Fergusson, estime que cette formule permet aux étudiants de revenir en classe avec un bagage d’expériences vécues et une meilleure perspective sur la réalité de leur travail.

Ç’a vraiment un effet bénéfique chez nos élèves , estime Mme Fergusson.

Des besoins criants

L’initiative de la CSRN demeure toutefois insuffisante pour répondre aux besoins de l’ensemble du territoire.

Le Centre de santé et de services sociaux (CISSS) de la Gaspésie estime avoir besoin de 90 préposées aux bénéficiaires supplémentaires. La pénurie est criante. Le personnel est insuffisant lors de nombreux quarts de travail, ce qui alourdit la tâche du personnel en poste.

Pourtant, malgré les emplois disponibles, la commission scolaire n'a pas pu lancer une formation à Gaspé faute d'inscriptions en nombre suffisant.

Seules Chandler et Carleton-sur-Mer ont réussi à recruter la vingtaine de personnes nécessaires pour former un groupe d’étudiants.

On a de plus en plus de difficulté à rejoindre des élèves pour venir en formation, constate Jocelyne Fergusson. Le centre envisage maintenant d’étendre son recrutement à l’étranger.

Les préposés aident les bénéficiaires dans leurs déplacements.Les préposés aident les bénéficiaires dans leurs déplacements. Photo : Radio-Canada

Le directeur des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques au CISSS de la Gaspésie, Michel Bond, admet que la valorisation de la profession ainsi que la rémunération pourraient être revues.

Les préposés aux bénéficiaires touchent 19 $ de l'heure à l'embauche. C'est insuffisant, estime le syndicat, car leur tâche est devenue trop lourde.

Le vice-président de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS) pour la région Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Kent Denis, croit que le métier est souvent méconnu et amalgamé avec celui d’infirmière.

Les préposés aux bénéficiaires, dit-il, c'est une grosse partie du système de santé. Souvent, les gens voient une personne s'occuper de leur famille et parlent de l'infirmière, mais ce n'est pas toujours l'infirmière. Ils confondent parce qu'ils sont habillés de la même façon.

Le syndicat abonde dans le même sens que l’employeur et indique qu’il faudra davantage valoriser le métier et améliorer les conditions de travail, notamment le salaire, afin d'attirer un peu plus la relève.

D'après les informations de Pierre Cotton

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Emploi