•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des « taupes des neiges » dénoncent les trottoirs glacés à Ottawa

Trois personnes posent pour la caméra à l'extérieur, l'hiver.

À partir de la gauche, Peter Wells, Anna Cuylits et Catherine Read font partie des taupes des neiges.

Photo : Radio-Canada / Deborah MacAskill/CBC

CBC

Le Conseil sur le vieillissement d'Ottawa a lancé l'initiative « Taupes des neiges » en recrutant des personnes âgées pour colliger des données sur l'état des trottoirs de la municipalité pendant l'hiver et ensuite remettre ces informations aux autorités.

Je crois que nous voulons tous améliorer la ''marchabilité'' de notre secteur, a affirmé Catherine Read, l’une des bénévoles. Par le passé, c’était de la neige – que de la neige – alors que maintenant, il y a un cycle de gel et dégel.

La Ville doit se mettre à niveau. Ils disent que c’est pourquoi ils ne peuvent rien faire, mais ils doivent trouver des moyens de faire quelque chose.

Catherine Read, bénévole

Anna Cuylits, une autre taupe des neiges, a expliqué que les bénévoles marchent dans les rues de la capitale et remplissent des formulaires sur l’état de la chaussée. Ces informations sont ensuite traitées puis transmises à la Ville d'Ottawa.

Nous vérifions s’il y a de la glace, si c’est glissant, accessible, s'il est possible de négocier les amas de neige, a mentionné Mme Cuylits. J’ai de l’ostéoporose et, si quelque chose survient, comme une hanche fracturée, je me suis fait dire que ça pouvait mener à la mort.

Nous espérons que les choses changent. La Ville doit travailler avec nous.

Anna Cuylits, bénévole

2300 km de trottoirs

Il existe environ 2300 km de trottoirs à Ottawa, dont un peu plus de la moitié sont catégorisés comme résidentiels et « non prioritaires ». Les autres 1080 km sont classés « prioritaires ».

Dans le centre-ville, le marché By et des secteurs touristiques notamment, la Ville d'Ottawa se donne quatre heures pour enlever la neige et traiter la glace une fois les chutes de neige terminées et que 2,5 cm sont accumulés. Le but est de laisser une surface dénuée.

Deux petits 4x4 qui déblaient la rue Sparks, à Ottawa.

Des travailleurs étaient à l'oeuvre toute la nuit de jeudi à vendredi pour déblayer les rues et les trottoirs.

Photo : Radio-Canada / Jeremie Bergeron

Dans les secteurs résidentiels urbains, dans les voies cyclables municipales et devant les commerces, entre autres, la Ville se donne jusqu’à 12 heures pour enlever la neige après une accumulation de 5 cm.

Entre le 1er novembre 2017 et le 1er avril 2018, la Ville d’Ottawa a reçu 66 plaintes après des chutes sur la glace. Entre le 1er octobre 2017 et le 30 avril 2018, la ville a été poursuivie à cinq reprises après de telles chutes.

Le service n’a pas changé, selon la Ville

Des abrasifs, comme du sable ou un mélange de sable et de sel, sont répandus sur les trottoirs des quartiers résidentiels d’Ottawa.

Le niveau de service est ce qui a été approuvé par le conseil municipal. Lors de la fusion, ils ont regardé les services offerts dans les 11 municipalités et les ont harmonisés, a expliqué Luc ​Gagné, le directeur du service des routes et du stationnement.

Luc Gagné pose pour la caméra à l'extérieur de l'hôtel de ville d'Ottawa en hiver.

Luc ​Gagné, le directeur du service des routes et du stationnement de la Ville d'Ottawa (archives).

Photo : Radio-Canada

Je peux affirmer que la plupart des municipalités avaient des standards très, très similaires à ceux que nous avons aujourd’hui. Ils n’ont pas vraiment changé, a-t-il dit.

Tout le monde voudrait des standards ''Cadillac'', mais, évidemment, cela vient avec des coûts.

Luc ​Gagné, directeur du service des routes et du stationnement d'Ottawa

M. Gagné​ a soutenu que la Ville apprécie vraiment le travail bénévole fait par les taupes des neiges. Il est important que des groupes comme le Conseil sur le vieillissement d’Ottawa et d’autres continuent de faire ce travail, a-t-il conclu.

Ottawa-Gatineau

Affaires municipales