•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au coeur de la mêlée linguistique, Ambulance Nouveau-Brunswick suspend ses offres d'emplois

Une ambulance dans un garage

Les ambulances font régulièrement les manchettes du Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La société d'État Ambulance Nouveau-Brunswick, qui gère les services d'ambulance, suspend l'affichage de nouveaux postes d'ambulanciers le temps que les questions sur les exigences linguistiques soient résolues et clarifiées.

Les exigences linguistiques des ambulanciers sont au coeur du débat linguistique du Nouveau-Brunswick depuis plusieurs mois.

L’enjeu : faut-il, oui ou non, demander à ce que toutes les ambulances de la province aient au moins un ambulancier qui parle à la fois le français et l’anglais?

Ambulance N.-B. estime que cette contrainte devrait être respectée. Mais le gouvernement du Nouveau-Brunswick estime que non.

Selon le gouvernement progressiste-conservateur, exiger le bilinguisme dans les ambulances contribue à créer une pénurie d’ambulanciers dans la province. Les exigences linguistiques devraient respecter des critères régionaux, selon eux.

En somme, le gouvernement de Blaine Higgs souhaite que la connaissance du français et de l’anglais soit nécessaire pour travailler dans les régions où il y a suffisamment de locuteurs pour le justifier.

La décision McEvoy

Pour faire valoir sa position, le gouvernement s’appuie sur une décision judiciaire qui va dans le même sens : la décision de l’arbitre John McEvoy.

En avril dernier, ce dernier avait conclu que les ambulanciers devaient être d’abord embauchés d’abord selon leur ancienneté et seulement ensuite, selon leur degré de bilinguisme.

Ce jugement pourrait régler la question en faveur de la position du gouvernement.

Toutefois, le jugement McEvoy a été contesté. Certains estiment qu’il contrevient aux valeurs du bilinguisme de la province.

Après avoir initialement indiqué le contraire, le gouvernement progressiste-conservateur a affirmé qu’il respecterait les conclusions de la révision du jugement McEvoy.

Le Nouveau-Brunswick attend donc la révision du jugement pour trancher sur la question.

En attendant?

Mais en attendant, que faire? Faut-il continuer à favoriser l'embauche d'ambulanciers bilingues ou non?

Vendredi Ambulance N.-B. a annoncé suspendre l'affichage de nouveaux postes le temps que tout ce dossier soit résolu.

Toutefois, le ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick estime qu’en attente de la révision, la société d'état ne doit plus exiger une connaissance des deux langues.

L’enjeu des ambulances a failli entraîner la démission du vice-premier ministre du Nouveau-Brunswick, Robert Gauvin. De son propre aveu, il est passé proche de quitter son parti lorsque son gouvernement a ouvert la porte à ne pas respecter une éventuelle révision du jugement McEvoy qui s’opposerait à la position des progressistes-conservateurs.

Finalement, le premier ministre du Nouveau-Brunswick avait clarifié que son gouvernement respecterait la révision du jugement, qu'elle leur soit favorable ou non.

Robert Gauvin est aussi le seul député francophone de son parti.

Nouveau-Brunswick

Santé