•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des aînés du Nouveau-Brunswick se disent ignorés par le gouvernement Higgs

Luc Doucet sur le plateau du Téléjournal Acadie le 19 janvier 2019.
Luc Doucet, de l'Association francophone des aînés du Nouveau-Brunswick. Photo: Radio-Canada

Des aînés du Nouveau-Brunswick se demandent pourquoi le gouvernement du premier ministre Blaine Higgs fait la sourde oreille à leurs demandes.

L'Association francophone des aînés du Nouveau-Brunswick n'a pas encore rencontré le premier ministre ou la ministre du Développement social, Dorothy Shephard, depuis leur entrée en fonction en novembre. Le directeur de l'organisme, Luc Doucet, est mécontent.

On ne comprend pas, la ministre n'a pas répondu à notre lettre, qu'on a envoyée à la mi-décembre. On va revenir à la charge bientôt, mais c'est inquiétant, on n'a même pas de ministre des Aînés au Nouveau-Brunswick, a-t-il dit en entrevue samedi soir au Téléjournal Acadie.

Dans le gouvernement Higgs, les affaires concernant les aînés relèvent désormais du ministère du Développement social.

Selon le recensement de 2016, il y a 148 785 personnes de 65 ans et plus au Nouveau-Brunswick, et plus de 200 000 personnes âgées d’au moins 60 ans.

On sait que la population est vieillissante, que ces gens-là ont des besoins, dit Luc Doucet.

On ne peut pas conclure que c'est une priorité, je pense, pour ce gouvernement. C'est malheureux.

Luc Doucet

La province du Nouveau-Brunswick, c'est une petite province, elle pourrait être le leader nord-américain, affirme Luc Doucet. Au lieu de construire des foyers de soins, on pourrait continuer à aider les gens pour qu'ils puissent vivre le plus longtemps chez eux avec une aide adéquate, avec des gens payés de façon adéquate, et non pas 11 dollars de l'heure comme on le voit actuellement, mais avec un minimum de 15 dollars de l'heure.

La même chose pour les gens qui travaillent dans les foyers de soins, dans les foyers de personnes âgées, c'est important que ces gens-là soient bien rémunérés, poursuit-il. C'est du travail qui est ardu.

Dorothy Shephard.Dorothy Shephard, ministre du Développement social. Photo : Radio-Canada / CBC / Brian Chisholm

Après cette lettre laissée sans réponse, le directeur de l'Association des aînés francophones du Nouveau-Brunswick promet de revenir à la charge.

L'Association, explique-t-il, s'est donné plusieurs priorités, dont les soins à domicile, l'accès aux services en français, et la résolution de la crise des ambulances.

M. Doucet souligne aussi que l'organisme propose la création d'un conseil du vieillissement, indépendant du gouvernement, mais financé à même les fonds publics qui serait imputable directement à un ministre des Aînés ou au premier ministre.

Avec des informations de Marie-Hélène Lange

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale