•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

25 $ et une lettre, c’est tout ce qu’il faut pour gagner une maison à Millarville

Une grande maison sur un promontoire enneigé, entourée de quelques arbres.
Cette maison pourrait être à vous pour 25 $ et une lettre bien sentie. Photo: Radio-Canada / Terri Trembath

Une dame de Millarville, au sud de Calgary, incapable d'obtenir le montant qu'elle désirait pour sa maison a choisi de la donner au gagnant d'un concours de lettre.

La propriété de Alla Wagner est offerte en ligne moyennant des frais d’inscription de 25 $, par lesquels la propriétaire espère amasser les 1,7 million de dollars que vaut la maison de 5000 pieds carrés comptant trois chambres à coucher, une salle de piano et un cellier.

Dos blessé, vente forcée, concours créé

Mme Wagner explique qu’une blessure au dos la force à se départir de sa résidence puisqu’elle est incapable d’en gravir les escaliers. L’ennui, c’est qu’il n’y a pas d’acheteur en vue.

« Aucune offre. Rien! On m’avait dit que j’en demandais trop en comparaison du marché et j’ai baissé le prix… mais il ne se passe toujours rien », raconte la propriétaire.

C’est en voyant la difficulté à vendre la maison que Alla Wagner a décidé de lancer le concours Write a Letter, Win a House, (« Écris une lettre, gagne une maison »).

Elle y demande aux participants d’écrire une lettre de moins de 350 mots dans laquelle ils expliquent comment ce nouveau toit changerait leur vie.

Des frais de participation pour couvrir le prix de vente

Le coût de participation, limitée à une par personne, est de 25 $. Le montant est, selon les règles du concours, remboursable si la valeur de la maison n’est pas atteinte d’ici le mois de mars.

Alla Wagner espère donc que 68 000 personnes tenteront leur chance d’ici là, mais elle demeure ouverte à la possibilité de prolonger le concours jusqu’en juin si la somme totale n’est pas amassée en mars, mais que la participation est suffisante.

Pour se conformer à la Loi sur le jeu, l’alcool et le cannabis de l’Alberta, Mme Wagner ne devait pas organiser de loterie et devait exiger des frais de participation. C’est pourquoi elle a créé un concours d’écriture accessible au plus grand nombre.

L’ancienne traductrice et bibliothécaire souhaite que la vente de sa maison se marie à son amour des mots. « Si quelqu’un veut écrire un poème, ou simplement m’écrire cinq paragraphes pour dire pourquoi il devrait gagner, il le peut », explique-t-elle.

Mme Wagner souhaite également donner 5 % des profits, s’il y en a, au refuge pour femmes de Calgary.

Le gagnant choisi par ses futurs voisins

« Je veux que la maison aille à quelqu’un qui l’aimera et qui se fondra au voisinage, puisque les voisins sont extraordinaires », confie la propriétaire.

Les « histoires les plus touchantes » seront retenues et élaguées jusqu’à ce qu’il ne reste que 500 lettres. Celles-ci seront alors soumises à un groupe de juges indépendants, formé de voisins.

« Je ne veux pas de quelqu’un qui gagne la maison et en fasse une opération d’achat-revente. Je cherche quelqu’un qui apprécie vraiment ce lieu [...] dont j’adore le quartier, les voisins et la vue », explique Alla Wagner.

Avec les informations de Lucie Edwardson et Charlotte Dumoulin

Alberta

Immobilier