•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le retour des Centres locaux de développement en 2019?

Le directeur général de la MRC de Bécancour, Daniel Béliveau et le préfet de la MRC, Mario Lyonnais.

Le directeur général de la MRC de Bécancour, Daniel Béliveau et le préfet de la MRC, Mario Lyonnais.

Photo : Radio-Canada

Catherine Bouchard

Le vide créé par l'abolition des Centres locaux de développement (CLD) se fait toujours sentir, tout particulièrement dans les petites municipalités. Les petites MRC ont ainsi été fragilisées, croient plusieurs intervenants qui appellent au retour des sommes sabrées par les libéraux du Québec.

Quatre ans après leur disparition, le manque à gagner laissé par les CLD est toujours bien présent.

C'est 300 000 $ dans une année qu'on a perdu. Ça fait des pertes d'emplois. Ça a aussi créé moins d'aide aux organismes, aux CLD. On a dû faire des choix. Est-ce qu'on aide toutes les entreprises? On ne pouvait plus. On n'avait plus les moyens,soutient le préfet de la MRC de Bécancour, Mario Lyonnais.

Selon lui, c’est particulièrement le développement de nouvelles entreprises qui a pâti dans les premiers temps.

La MRC Bécancour a fait le choix d’intégrer les services du CLD à sa mission pour assurer un accompagnement des entrepreneurs. Ce ne sont toutefois pas toutes les MRC qui avaient les moyens de procéder ainsi, particulièrement lorsqu’elles étaient seulement constituées de petites municipalités.

Ça frappe dur, parce qu'il y a des municipalités où il y a peu d'employés, peu de professionnels qui peuvent [soutenir] les élus dans la mise en action du développement économique, entre autres. Donc, clairement, ça a fait mal à des petites villes. Ça a fragilisé la région et il y a des actions qui ont été carrément reportées, souligne la préfète de Nicolet-Yamaska, Geneviève Dubois.

La préfet de Nicolet-Yamaska, Geneviève Dubois, souligne que la disparition des centres locaux de développement a fragilisé les petites municipalités.

La préfet de Nicolet-Yamaska, Geneviève Dubois, souligne que la disparition des centres locaux de développement a fragilisé les petites municipalités.

Photo : Radio-Canada

Crédibilité

Plus qu’une question de structure monétaire, c’est aussi l’image de marque des CLD qui a été perdue, estime le directeur général de la MRC de Bécancour, Daniel Béliveau.

On a perdu toute notre notoriété et notre visibilité au niveau du réseau des CLD du Québec, parce que chacun a pris sa couleur dans chacune des régions, explique M. Béliveau.

Certains concours, par exemple, ne bénéficient plus de la visibilité qu’offraient les Centres locaux de développement.

Je prends l'exemple concret du concours Ose entreprendre. C'est un concours qui permet à des gens qui veulent démarrer un projet d'entreprise de participer à un concours et dans la liste des organismes nationaux, les CLD n’existent plus. Alors, il viendra jamais nous voir, donne en exemple directeur général de la MRC de Bécancour.

Parmi les divers acteurs du milieu interrogés par Radio-Canada, trois points semblent faire consensus. Ils appellent au retour des sommes allouées avant les compressions.

Les intervenants s’entendent aussi pour dire qu’il doit y avoir une formule harmonisée pour recréer un réseau. Enfin, ils craignent qu’une nouvelle forme de gouvernance pour soutenir les entreprises émergentes ne soit instaurée, ce qui demanderait encore plusieurs années d’ajustements.

Une refonte d’Investissement Québec en vue

Le gouvernement caquiste entend changer la mission d'Investissement Québec, ainsi que celle du ministère de l'Économie. La forme que prendra cette révision reste toutefois à voir. Elle sera annoncée dans les prochaines semaines.

Nous étudions comment il est possible d'optimiser le rôle des bureaux régionaux d’Investissement Québec et du ministère de l’Économie et de l’Innovation. Le développement économique des régions du Québec est une priorité pour nous et nous sommes confiants que notre réforme sera bénéfique pour toutes les entreprises québécoises, affirme par voie de courriel, l'attaché de presse du cabinet du ministre de l'Économie et de l'Innovation, Mathieu St-Amand.

Les MRC et municipalités attendront avec impatience que ces réformes soient annoncées par le gouvernement caquiste.

Mauricie et Centre du Québec

Développement économique