•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un élu canadien victime d'une affaire de sextorsion en Côte d'Ivoire

Un homme et son téléphone, sur fond blanc

Un homme politique canadien aurait été victime de chantage de la part d'un groupe basé en Côte d'Ivoire.

Photo : Getty Images

La Presse canadienne

Un Canadien ferait partie des victimes d'un stratagème de sextorsion élaboré depuis la Côte d'Ivoire, selon la Plateforme de lutte à la cybercriminalité de cet État d'Afrique de l'Ouest et un média local.

D'après un communiqué publié sur la plateforme le 19 décembre, on apprend que deux suspects ont été arrêtés : deux hommes, l'un identifié par les initiales CH, alias Makay, et l'autre identifié par les initiales DML, qui serait un récidiviste en la matière.

On apprend que deux victimes ont été répertoriées, un Canadien présenté sous les initiales UD et un Français présenté sous les lettres XT. Un média local à Abidjan rapporte que la victime canadienne serait « un parlementaire canadien » sans préciser s'il s'agit d'un élu fédéral ou d'une assemblée provinciale.

Toujours selon les autorités de Côte d'Ivoire, les victimes auraient été approchées sur les réseaux sociaux par « une dénommée Brianna Dounia » qui, semble-t-il, se faisait passer pour une « jeune femme de race blanche en quête d'amour ».

À la suite du premier contact, « une relation amoureuse virtuelle va naître entre la sulfureuse Française et ces deux personnes », lit-on dans le récit des autorités. Des photos et des vidéos à caractère sexuel sont alors échangées.

Malheureusement pour les victimes, des fraudeurs se cachaient derrière le pseudonyme de la fausse jeune femme. Ceux-ci auraient exigé « une rançon de 50 000 euros (75 000 $ CAD) à UD et 300 000 euros (450 000 $ CAD) à XT », précise le communiqué sous peine de voir leurs images intimes être publiées en ligne.

La Plateforme de lutte à la cybercriminalité est administrée par la Direction de l'Informatique et des Traces technologiques, une division de la Police nationale de Côte d'Ivoire. Cette initiative a été mise en place en 2009 par le ministère de l'Intérieur et de la Sécurité pour combattre la criminalité grandissante sur Internet qui ternit l'image du pays.

Inconduite sexuelle

International