•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des marches organisées en appui aux droits des femmes à travers le monde

Radio-Canada

Plusieurs rassemblements ont eu lieu samedi à travers le monde, notamment à Montréal, New York et Washington, dans le cadre d'une marche pour la défense des droits des femmes.

À Montréal, environ 150 personnes ont bravé la température glaciale pour se rassembler au parc Émilie-Gamelin, dans le Quartier latin.

Les manifestants brandissaient des pancartes pour revendiquer plus de mesures pour combattre les agressions et le harcèlement sexuels, et pour réclamer que justice soit faite pour les femmes autochtones disparues et assassinées.

Peu importe les conditions et les circonstances, c'est important d'être ici pour se battre pour les droits des femmes et pour donner du pouvoir à toutes les femmes et donner de la visibilité à tous les problèmes dont on parle aujourd'hui.

Caroline Alince, 19 ans

« Moi, je suis ici en solidarité non seulement avec les femmes d'ici, mais avec les femmes de partout dans le monde, particulièrement quand on pense à ce qui se passe aux États-Unis... Nos consoeurs américaines doivent lutter tous les jours pour s'assurer qu'elles ne perdent pas leurs droits », a expliqué une autre manifestante, Mylène Alarie.

À Ottawa, des dizaines de manifestants se sont rassemblés sur la colline du Parlement ce matin malgré le froid glacial.

À Toronto, une foule s'était rassemblée à l'extérieur de l'hôtel de ville pour entendre des discours avant la manifestation.

Les intervenants qui y ont pris la parole ont notamment dénoncé le gouvernement ontarien, qui a retiré le programme modernisé d'éducation sexuelle et apporté des changements aux droits de scolarité.

Au pays de Donald Trump

Aux États-Unis, les opposantes de Donald Trump ont défilé pour marquer le deuxième anniversaire des grandes manifestations qui ont marqué l'investiture du président républicain, en janvier 2017.

La manifestation principale organisée par la « Women's March », association née de la « Marche de Washington » originelle, a de nouveau eu lieu dans la capitale américaine.

« March On », autre organisation issue du rassemblement initial, a organisé la mobilisation dans des centaines d'autres villes, notamment à Boston, Houston, Baltimore et Denver.

À New York, 100 000 personnes devaient participer au défilé de « March On » le long de Central Park, selon la police, soit moitié moins qu'un an plus tôt. L'autre rassemblement, soutenu par la « Marche », était beaucoup moins important.

Accusations d'antisémitisme

Le mouvement s'est scindé après des accusations d'antisémitisme contre Tamika Mallory, l'une des coprésidentes de la « Marche », qui a participé à un rassemblement du leader du mouvement « Nation of Islam » Louis Farrakhan, aux propos régulièrement antisémites.

Les défilés de samedi avaient notamment pour thème l'augmentation du salaire minimum, la procréation assistée et la santé.

Cette année, les rassemblements dénonçaient aussi la séparation des familles de clandestins arrêtés à la frontière mexicaine, le mur frontalier anti-immigration réclamé par M. Trump que l'opposition démocrate refuse, un conflit qui provoque la fermeture partielle des administrations fédérales depuis le 22 décembre.

Avec les informations de Agence France-Presse, La Presse canadienne, et Reuters

Droits et libertés

Société